Ces Bleues ont du coeur !

  • A
  • A
Ces Bleues ont du coeur !
Partagez sur :

Malmenées par la Suède, reléguées à quatre buts des Scandinaves à la 40e minute de jeu, les Françaises se sont battues comme des lionnes pour renverser la vapeur et se qualifier pour les quarts de finale du Championnat du monde, lundi, à Sao Paulo (26-23). Un avertissement sans frais à méditer avant de retrouver la Russie pour un remake de la finale du Mondial 2009, mercredi.

Malmenées par la Suède, reléguées à quatre buts des Scandinaves à la 40e minute de jeu, les Françaises se sont battues comme des lionnes pour renverser la vapeur et se qualifier pour les quarts de finale du Championnat du monde, lundi, à Sao Paulo (26-23). Un avertissement sans frais à méditer avant de retrouver la Russie pour un remake de la finale du Mondial 2009, mercredi. Nouvelle formule oblige, c'est un huitième de finale couperet qu'étaient invitées à jouer les Françaises ce lundi. Pas le début d'une seconde phase de poules autorisant un éventuel accroc... Lors du tour préliminaire de ce Championnat du monde, les Bleues avaient fauté contre le Brésil, hôte de la compétition. Sans dommage croyait-on. C'est pourtant cet accident auriverde qui ce soir a failli coûter aux filles d'Olivier Krumbholz, qualifiées au forceps pour les quarts de finale aux dépens de Suédoises qu'elles n'auraient jamais dû croiser si tôt. Vice-championnes d'Europe en titre, ces Scandinaves étaient annoncées diminuées, en quête de repères à l'image d'une Gullden et d'une Torstenson présumées en mal de rythme. Battues par la Croatie et le Danemark la semaine passée, les joueuses de Per Johansson ont retrouvé le nord contre la France - une bête noire qu'elles n'ont jamais plus dominé en compétition officielle depuis 1998 et l'avènement de l'ère Krumbholz, concédant ce jour leur cinquième revers de rang contre les Bleues après des échecs enregistrés dans le cadre du Mondial 2001, de l'Euro 2006, du Mondial 2009 et de l'Euro 2010. Agressives d'entrée, les Suédoises ont pourtant imposé aux Françaises le défi physique attendu, n'hésitant pas à muscler les débats, tout en procédant avec finesse à l'approche des cages de Leynaud. Conséquence, un premier écart ne tarde pas à se dessiner en leur faveur. 6-8 puis 7-10, Frieden est en réussite en ce début de rencontre, comme Gullden, la fameuse et redoutable demi-centre, déjà créditée de quatre buts à la pause. Baudoin elle aussi affiche quatre réalisations au compteur au terme de la première période, mais la Suède est devant, et nettement, au tableau d'affichage (12-15). 52e minute, les Bleues prennent l'avantage Au retour des vestiaires, Torstenson, la meilleure joueuse du dernier Euro en date, sort de sa torpeur, ce qui n'arrange rien aux affaires tricolores. 13-17 puis 14-18, la sélection jaune et bleue s'entête... jusqu'à la 40e minute du moins. Soulevées par Ayglon, Lacrabère et surtout Pineau, les Bleues se révoltent enfin, recollent à 21-21, et prennent l'ascendant. Kanto permet aux Françaises de mener pour la première fois au score à la 52e minute (22-21) et Baudoin, la meilleure gâchette de la rencontre (6 buts), se charge d'enfoncer le clou, ponctuant un 5-0 fatal aux Suédoises (24-21). Les quatrième et cinquième buts signés Torstenson ont beau ramener les Scandinaves à une longueur (24-23), Leynaud sort alors une parade décisive, sur penalty, devant Ahlm. Dans la foulée, Kanto et Lacrabère donnent plus de corps à une victoire tricolore obtenue à la force du poignet (26-23). Un succès à l'arraché dont il faudra tirer les enseignements pour bien figurer dans deux jours face à la Russie, triple championne du monde en titre. Il y a quinze jours, les Tervel et consorts avaient pris le meilleur sur l'armada russe, à l'occasion du Tournoi de Paris (30-26), dans un tout autre contexte... En attendant, les Bleues peuvent savourer leur sésame pour l'un des trois tournois de qualification olympique (TQO) qui se joueront en mai prochain.