Ce seront les Blacks, les vrais

  • A
  • A
Ce seront les Blacks, les vrais
Partagez sur :

Daniel Carter et Richie McCaw seront de la partie samedi, pour affronter la France lors de la 3e journée de Coupe du monde, dans le groupe A. Graham Henry a sorti l'artillerie lourde, avec également le retour d'Israel Dagg à l'arrière et le positionnement de Piri Weepu à la mêlée. Les Bleus, avec leur charnière expérimentale Yachvili-Parra, feront bien face à une montagne.

Daniel Carter et Richie McCaw seront de la partie samedi, pour affronter la France lors de la 3e journée de Coupe du monde, dans le groupe A. Graham Henry a sorti l'artillerie lourde, avec également le retour d'Israel Dagg à l'arrière et le positionnement de Piri Weepu à la mêlée. Les Bleus, avec leur charnière expérimentale Yachvili-Parra, feront bien face à une montagne. Du lourd. Du très, très lourd, même. Si la presse néo-zélandaise ne cesse de faire passer Marc Lièvremont pour un gâcheur de choc, estimant notamment que la titularisation de Morgan Parra à l'ouverture samedi s'apparente à un manque de respect, Graham Henry n'en a cure. Le boss des All Blacks n'a pas fait dans le détail, en dévoilant mercredi un XV quasiment type pour affronter les Bleus. Pas de doute, les Tricolores seront donc bien reçus à Auckland. Richie McCaw, capitaine remis de sa blessure au mollet, mènera le haka. Et surtout, Daniel Carter mènera le jeu, titularisé à l'ouverture. Certaines rumeurs envoyaient pourtant Piri Weepu à la place de l'ancien Perpignanais. Mais le n°9 restera bien n°9, et n'endossera pas le costume de Parra à la néo-zélandaise... Andy Ellis prend donc place sur le banc, tandis qu'Israel Dagg sera aligné à l'arrière, de retour après sa blessure aux abdominaux. Au total, Henry effectue quatre changements par rapport au Japon, et proposera ainsi aux Français une opposition all-star. Et sur la touche, aux côtés d'Ellis, les deux Williams - Ali et Sonny Bill - gonfleront aussi les forces du vivier. Henry: "Se préparer à l'inattendu" Loin de toute volonté d'entretenir la polémique, Henry s'est montré dithyrambique envers les Bleus, au moment de commenter ses choix. "Les Français ont une très bonne équipe, et ils jouent toujours leur meilleur rugby contre les All Blacks, a déclaré le sélectionneur dans des propos relayés sur le site de la Fédération néo-zélandaise. Ils jouent avec une énorme passion, se transcendent et, comme toujours, on ne peut pas les sous-estimer." Un bel hommage, mais aussi une bonne part d'intox, évidemment. Avec Carter en n°10, les Blacks vont se présenter dans leur plus bel appareil. Ils seront très largement favoris, ce qui va donc, par voie de conséquence, renforcer la position de tout petit outsider de l'équipe de France. Surtout que Henry n'a pas vraiment l'intention de lâcher quoi que ce soit. "Même s'il y a toujours un intérêt particulier dans ces matches au vu de nos précédentes confrontations en Coupe du monde, l'objectif est simple. Nous devrons affronter le physique des Français, bien développer nos phases clés et se préparer à l'inattendu que l'équipe de France nous proposera." Les deux formations se sont déjà affrontées à 50 reprises, et la balance des victoires penche très nettement en faveur des Blacks, avec 36 succès. Mais en Coupe du monde, la Nouvelle-Zélande et les Bleus sont à égalité, deux victoires partout. S'ils veulent à nouveau partager le gâteau, ce sera ensuite en finale. Ou pas.