Ce sera l'Angleterre

  • A
  • A
Ce sera l'Angleterre
Partagez sur :

Sans briller, l'Angleterre s'est assurée la première place du groupe B, samedi, en venant à bout de l'Ecosse (16-12). Un succès arraché en toute fin de match grâce à un essai signé Chris Ashton, son sixième dans la compétition. Invaincus dans leur groupe, les Anglais affronteront donc le XV de France en quarts de finale, samedi prochain.

Sans briller, l'Angleterre s'est assurée la première place du groupe B, samedi, en venant à bout de l'Ecosse (16-12). Un succès arraché en toute fin de match grâce à un essai signé Chris Ashton, son sixième dans la compétition. Invaincus dans leur groupe, les Anglais affronteront donc le XV de France en quarts de finale, samedi prochain. Quoi de mieux qu'un "crunch" pour se requinquer ? Pathétiques face aux Tonga, les Français connaissent désormais leur adversaire en quarts de finale. Il s'agira donc de l'Angleterre, le vieil ennemi héréditaire. Ce sera la deuxième fois que le XV de France retrouvera les Anglais en quarts de finale d'une Coupe du monde. La dernière fois c'était en 1991, au Parc des Princes, et les Tricolores avaient chuté (10-19). En fait, le XV de la Rose s'est toujours imposé face aux Bleus en Coupe du monde quand il y avait de l'enjeu, comme lors des demi-finales 2003 (7-24), et 2007 (9-14). La seule victoire française remonte en fait à 1995, lors d'un match pour la troisième place (19-9). Pour changer le cours de l'histoire, il faudra toutefois que les hommes de Marc Lièvremont montrent un tout autre niveau, car de leur côté, les Anglais seront bel et bien présents sur leurs bases. Face à l'Ecosse, la troupe de Martin Johnson n'a une nouvelle fois pas fait dans le bling-bling, en se montrant précis sur les phases de conquête, tout en jouant une défense plutôt hermétique. Et si l'Ecosse a passé une grande partie du match en tête, c'est surtout en raison de la maladresse de Jonny Wilkinson, une nouvelle fois en difficulté au pied, avec un médiocre 2/6 sur les pénalités, à peine rehaussé d'un drop réussi (12-9, 62e). C'est finalement le coaching de Johnson qui va faire la différence. Entré en jeu à la place de Mike Tindall, Tobby Flood apporte un peu de fluidité, et sur un mouvement au large, Chris Ashton finit par poignarder l'Ecosse (16-12, 88e). Comme face à l'Argentine, le XV du Chardon craque donc dans les tous derniers instants et a désormais toute les chances de sortir de la compétition dès la phase de poules pour la première fois depuis 1987. Il faudrait en effet que l'Argentine perde sans le bonus, dimanche, face à la Géorgie pour qualifier les Ecossais. Une théorie aussi improbable que de voir les Bleus battre l'Angleterre samedi prochain ?