Ce rêve bleu

  • A
  • A
Ce rêve bleu
Partagez sur :

Qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde après avoir remporté haut la main ses deux premiers matches de poule, l'équipe de France aborde sereinement sa dernière rencontre contre l'Allemagne, mardi. Avant d'essayer d'atteindre leur rêve suprême: remporter le tournoi.

Qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde après avoir remporté haut la main ses deux premiers matches de poule, l'équipe de France aborde sereinement sa dernière rencontre contre l'Allemagne, mardi. Avant d'essayer d'atteindre leur rêve suprême: remporter le tournoi. "Après la victoire, j'attendais le résultat de l'Allemagne. Une victoire du Nigeria nous condamnait encore à un "match de la mort". Je suis désormais soulagé, heureux, mais mesuré". En battant les Africaines (1-0), jeudi soir, les Allemandes ont envoyé Bruno Bini et ses filles en quarts de finale de la Coupe du monde. Dans l'après-midi, elles avaient pulvérisé le Canada (4-0) et obtenu une deuxième victoire en autant de rencontres dans le tournoi. Mais si le sélectionneur des Bleues refuse de céder à l'euphorie malgré l'excellente prestation des siennes, c'est parce qu'il se souvient d'une défaite aux tirs au but face aux Pays-Bas, en quarts du dernier Euro. "Il ne faudrait pas que nous connaissions le même sort qu'à l'Euro 2009. Tout le monde était heureux d'une qualification historique. Peut-être cela nous a-t-il empêché de rejoindre le dernier carré", regrettait-il sur le site de la FFF. Un dernier carré qui sera bien évidemment l'objectif à atteindre. Et qui semble plus à portée de main que jamais. "C'est la première fois que mon équipe est qualifiée dès le deuxième match", remarquait le technicien. Face à l'Allemagne, mardi, à Monchengladbach, les Françaises pourront préparer plus sereinement leur quart. Même si elles visent ouvertement la tête du groupe, à l'image de la milieu de terrain Camille Abily: "On va aller chercher cette 1ère place. C'est mieux de continuer sur une belle dynamique de victoires". Abily: "Envie que ça continue jusqu'au 17 juillet" Bruno Bini, lui, ne se risque pas à parler de première place, préférant louer ses joueuses et leurs efforts: "Nous allons continuer sereinement. C'est bien que l'équipe ait su mettre le bleu de chauffe. Tout le monde a mis les mains dans le cambouis. C'est une faculté que nous n'avions pas il n'y a pas si longtemps. C'est sans doute notre projet de vie qui nous a permis ce type de progrès." Un projet auquel ont adhéré les Françaises, unanimes dès qu'il s'agit de mettre en avant les qualités mentales entrevues face au Canada. "Collectivement, on était bien en place, remarque Abily, pour qui "l'équipe a été très bonne au niveau de la solidarité". Ce qui ne surprend pas Sabrina Viguier: "On a l'habitude d'évoluer ensemble et de se voir en dehors du terrain. C'est donc plus facile". Sûres de leur force, les Tricolores se prennent désormais à rêver d'aller au bout, à l'image de Camille Abily: "On vit un rêve. On a envie d'en profiter. On n'a pas envie de se réveiller. On a envie que ça continue jusqu'au 17 juillet".