Cavendish profite de la fête gachée

  • A
  • A
Cavendish profite de la fête gachée
Partagez sur :

C'est une dixième étape assez spéciale que le Tour de France nous a offert, mardi, entre Limoges et Issoudun. En ce 14-Juillet, les festivités ont été réduites au minimum à cause de la polémique des oreillettes. L'arrivée au sprint a consacré Mark Cavendish pour la troisième fois depuis le départ de la Grand Boucle.

C'est une dixième étape assez spéciale que le Tour de France nous a offert, mardi, entre Limoges et Issoudun. En ce 14-Juillet, les festivités ont été réduites au minimum à cause de la polémique des oreillettes. L'arrivée au sprint a consacré Mark Cavendish pour la troisième fois depuis le départ de la Grand Boucle.On s'attendait à un feu d'artifice en ce jour de fête nationale, mais on aura tout juste eu droit à un pétard mouillé. La polémique des oreillettes ayant pris de l'ampleur, certaines formations avaient tout simplement décidé de neutraliser cette dixième étape entre Limoges et Issoudun. Les 194,5 kilomètres du parcours n'ont donc pas franchement été spectaculaires.Pourtant les choses ont rapidement bougé au sein du peloton. Avec l'échappée de trois hommes après seulement quelques minutes de course. Thierry Hupont (Skil-Shimano), Benoît Vaugrenard (Française des Jeux) et Mikhail Ignatiev (Katusha) s'extirpent de la meute avant d'être rejoints par un quatrième larron en la personne de Samuel Dumoulin (Cofidis). Les quatre coureurs vont compter jusqu'à 3'25'' d'avance sur le peloton.Cavendish évidemmentL'écart se maintient alors parfaitement durant une étape véritablement paralysée, oscillant entre 1'30'' et 2'00''. La mascarade se poursuit pendant plusieurs kilomètres. D'autant plus qu'Ignatiev, glissé dans l'échappée, ne participe à aucun relais afin d'être en cohésion avec son équipe. Le désaccord des différents protagonistes sur le sujet des oreillettes réduit l'étape à une pitoyable parodie de cyclisme.A vingt kilomètres de la ligne d'arrivée, le peloton accélère enfin faisant fondre l'avance des fuyards comme neige au soleil. Malgré leurs efforts et des prises de relais enfin assurées par le coureur russe de la Katusha, les échappés échouent dans leur entreprise et se font avaler par le peloton à moins de deux kilomètres de la fin.Place alors à la préparation d'un sprint massif. Mais là encore, le suspense n'était pas vraiment présent. La fusée Mark Cavendish est lancée parfaitement par ses coéquipiers et Thor Hushovd (Cervélo), bien que dans la roue du Britannique, ne peut rivaliser. Le coureur Columbia s'adjuge ainsi facilement sa troisième étape sur le Tour de France 2009.