Caucheteux, à tir d'aile

  • A
  • A
Caucheteux, à tir d'aile
Partagez sur :

A l'heure d'aborder le choc de la 8e journée de Division 1 entre Montpellier et Saint-Raphaël, Raphaël Caucheteux va connaître un sentiment particulier. L'ailier gauche va en effet retrouver son club formateur et le coach de ses débuts, Patrice Canayer. Le grand Varois attend ce retour avec impatience, lui qui a toujours su saisir les opportunités tout au long de sa carrière. Découverte de ce joueur au gabarit atypique.

A l'heure d'aborder le choc de la 8e journée de Division 1 entre Montpellier et Saint-Raphaël, Raphaël Caucheteux va connaître un sentiment particulier. L'ailier gauche va en effet retrouver son club formateur et le coach de ses débuts, Patrice Canayer. Le grand Varois attend ce retour avec impatience, lui qui a toujours su saisir les opportunités tout au long de sa carrière. Découverte de ce joueur au gabarit atypique. Opportuniste, Raphaël Caucheteux ? Le bonhomme ne s'en cache pas. "Le sport, c'est aussi ça, glisse l'ailier gauche. Ce sont beaucoup d'opportunités qui ont fait que je joue en première division." Il y a tout d'abord cette carrière, démarrée pour le moins tardivement. "Je faisais beaucoup de sports, du foot notamment. Puis j'ai commencé le hand un peu par hasard à 16 ans, parce qu'il y avait une salle de hand à côté de chez moi, explique ce Montpelliérain de coeur. J'étais entraîné par Raphaël Geslan (ndlr, ancien entraîneur de Toulouse), puis j'ai eu la chance de faire une détection pour le centre de formation de Montpellier, et j'ai été pris. J'ai ensuite gravi les échelons." Caucheteux est alors pivot, et appelé à participer au Mondial juniors, en 2005. Là encore, le grand échalas de 1,99m va savoir prendre sa chance. "L'ailier gauche, Audray Tuzolana, s'est blessé, explique le Varois. Du coup, je l'ai remplacé et j'ai été très bon. Et quand je suis revenu à Montpellier, Patrice Canayer m'a placé à l'aile gauche." Le poste est inhabituel pour un joueur de son gabarit. Au très haut niveau, seul Jonas Kallman, le Suédois de Ciudad Real, fait figure d'exemple. "C'est le même type que moi. Je m'inspire beaucoup de lui, même si ma référence à ce poste reste Lars Christiansen." Et s'il détonne avec son double-mètre, le Raphaëlois sait parfaitement se servir de son atout. "Quelqu'un de grand qui saute à l'aile, ça perturbe les gardiens." Reste qu'à Montpellier, l'horizon semble bouché. "J'étais derrière Michaël Guigou, et au bout d'un moment, ne pas jouer, c'est frustrant.""Je me sens bien à Saint-Raphaël" En 2007, direction Saint-Raphaël, histoire "d'avoir du temps de jeu, et de prendre du plaisir". Mais ne comptez pas sur le bonhomme pour nourrir une quelconque rancoeur envers son ancien club. "Montpellier, c'est ma ville de coeur, souffle-t-il. Je suis parti en bons termes et Canayer m'appelle de temps en temps pour prendre des nouvelles. Je suis toujours supporter de Montpellier... quand on ne les joue pas !" Dans le Var, l'ailier épouse désormais la courbe ascendante du club. "Le club évolue chaque année. Les objectifs augmentent chaque année, la ville et le maire sont derrière nous. Pour l'instant, je me sens bien ici." Jusqu'à penser à l'équipe de France ? "J'ai fait les Jeux méditerranéens en 2009, mais je ne sais pas comment ça s'est passé avec l'entraîneur", évacue le joueur. Pour l'exercice en cours, l'objectif est clair: aller chercher un trophée sur l'une des compétitions disputées par le club. "On a les forces. Montpellier a beaucoup de matches cette saison, donc ça va être difficile pour eux de tout gagner. On va essayer de gagner quelque chose, ou au moins de s'en approcher." En attendant, en championnat, les Raphaëlois se sont positionnés en tant que troisième larron derrière le MAHB et Chambéry. "La défaite à domicile face à Tremblay reste en travers de la gorge, regrette toutefois Caucheteux, qui compte bien jouer pleinement sa chance jeudi, dans l'Hérault. "On n'a rien à perdre. Si on gagne, c'est un exploit. Eux, s'ils gagnent, c'est normal, explique l'ailier, qui aura à coeur de briller. A chaque fois que je reviens à Montpellier, j'ai envie de bien jouer, devant mon public, devant mon ancien entraîneur. On va être motivé."