Castres se retrousse les manches

  • A
  • A
Castres se retrousse les manches
Partagez sur :

Vainqueur de la Rochelle mercredi (25-10) et invaincu depuis cinq matches en Top 14, le Castres Olympique est confortablement installé à la quatrième place du classement et veut confirmer ses ambitions sur la scène hexagonale. Mais les Tarnais auront fort à faire dimanche s'ils veulent préserver leur invincibilité. Ils se déplacent en effet, lors de la 15e journée, sur la pelouse d'un leader toulousain revanchard après la défaite du match aller (16-22).

Vainqueur de la Rochelle mercredi (25-10) et invaincu depuis cinq matches en Top 14, le Castres Olympique est confortablement installé à la quatrième place du classement et veut confirmer ses ambitions sur la scène hexagonale. Mais les Tarnais auront fort à faire dimanche s'ils veulent préserver leur invincibilité. Ils se déplacent en effet, lors de la 15e journée, sur la pelouse d'un leader toulousain revanchard après la défaite du match aller (16-22). Alors que la victoire de mercredi face à la Rochelle (25-10), avec trois essais à la clé, tous inscrits par le Samoan Iosefa Tekori, aurait satisfait n'importe quel staff, les entraîneurs castrais Laurent Labit et Laurent Travers ne se satisfont pas du simple résultat. Pour preuve, le premier ne manquait pas de souligner, dans les colonnes de La Dépêche du Midi, les errements de sa formation en début de seconde période: Il faut tenir compte que c'était un match difficile à gérer dans cette période de mini-reprise. Il fallait préparer le match en deux jours et on n'est pas très habitué à ça. Ensuite, j'ai surtout un sentiment d'insatisfaction en regardant le contenu du match. La première période était à peu près correcte, mais on a fait une très mauvaise entame de deuxième période. On subit et on encaisse un essai d'entrée. Cela donne aux Rochelais un coup de pouce et d'énergie dont ils avaient besoin parce qu'on ne les avait pas trop vus avant. A partir de là, on s'est déréglé et on sort du match. On ne peut pas être satisfait de ce qu'on a fait. Une exigence de la part des deux hommes qui a permis à Castres d'opérer un redressement spectaculaire la saison dernière (*) et de poursuivre sur sa lancée lors de cet exercice 2010-2011. A l'issue des matches allers, les Tarnais occupent en effet la 4e place du classement, avec huit points de retard sur le premier, le Stade Toulousain, qu'ils affrontent ce dimanche au Stadium à l'occasion de la 15e journée. Pour Laurent Labit, la victoire du match aller (22-16, le 21 août dernier lors de la 2e journée) ne doit pas être prise pour argent comptant et les joueurs devront être beaucoup plus performants que mercredi pour espérer ne serait-ce que rivaliser: "Si on fait la même chose à Toulouse ça va faire très cher à l'arrivée. Je pense que le match sera dans un contexte différent, avec une autre préparation, et les joueurs l'aborderont différemment. Ils savent comment cela se passe quand on va à Toulouse". Labit: "Il n'y a pas de bons moments pour jouer Toulouse" Du côté du Stade, la victoire sans forcer à Agen (25-8), déjà quasiment acquise à la pause (25-3), a permis d'effacer la défaite du début du mois face à Clermont (25-32). Auteur de 20 des 25 points de son équipe mercredi, David Skrela a confirmé la montée en puissance de son équipe à La Dépêche: "C'est vrai que nous avons pratiqué un rugby dynamique et nous avons inscrit un bel essai de 80 mètres (par Vincent Clerc, ndlr). Et nous avons également converti nos actions par des pénalités. Cela fait déjà quelques semaines qu'on axe notre travail sur la disponibilité des soutiens et les phases de ruck. Par conséquent, c'est vrai qu'on a été bon dans la conservation du ballon face à Agen, même s'il reste quelques petits points à régler". Quelques légers problèmes à résoudre dont Castres espère encore profiter, même si Laurent Labit est tout à fait conscient de la tâche ô combien difficile qui attend ses ouailles: "Quand on doit jouer contre Toulouse, c'est toujours la fameuse question, quel est le bon moment pour les prendre et comme toujours la réponse est claire: il n'y a pas de bon moment". Réponse dimanche soir, pour le premier match de l'année 2011 pour les deux équipes. (*) Cinquième de la saison régulière, le CO a disputé le match de barrages face au Stade Toulousain, perdu (12-35) alors qu'il avait échappé de peu à la relégation la saison précédente.