Carter: "On fait abstraction"

  • A
  • A
Carter: "On fait abstraction"
Partagez sur :

Soumis à la pression de tout un peuple, qui n'attend que la reconquête du trophée William-Webb-Ellis 24 ans après le seul et unique titre du rugby néo-zélandais, les All Blacks, après un week-end passé de communion avec leur public, s'apprêtent à entrer de plain-pied dans "leur" Coupe du monde vendredi face aux Tonga. A l'approche de ce match d'ouverture, Dan Carter, l'icône locale, évoque cette attente. En apparence détendu et plutôt serein.

Soumis à la pression de tout un peuple, qui n'attend que la reconquête du trophée William-Webb-Ellis 24 ans après le seul et unique titre du rugby néo-zélandais, les All Blacks, après un week-end passé de communion avec leur public, s'apprêtent à entrer de plain-pied dans "leur" Coupe du monde vendredi face aux Tonga. A l'approche de ce match d'ouverture, Dan Carter, l'icône locale, évoque cette attente. En apparence détendu et plutôt serein. Dan, comment vivez-vous cette incroyable attente qui pèse sur vos épaules à l'occasion de cette Coupe du monde à domicile ? Si j'ai appris quelque chose de mes neuf ans avec les All Blacks, c'est qu'à chaque fois qu'on enfile ce maillot, on est exposé à la pression et aux attentes du peuple néo-zélandais. Le fait de disputer une compétition aussi importante que la Coupe du Monde de rugby ajoute un peu à la pression et aux attentes, c'est vrai. A vous écouter, vous semblez plutôt détendu et imperméable à cette pression ? Le fait de ne pas l'avoir gagnée (la Coupe du Monde de rugby) depuis très longtemps ajoute à tout ça, mais en tout cas, l'ambiance est davantage à l'impatience qu'à l'inquiétude chez les gars. Je le sens déjà. En tant que joueurs, on a nos propres attentes et objectifs ; on cherche à les atteindre à chaque match. Donc tant qu'on se concentre là-dessus, on fait abstraction des attentes des médias et du public. A l'approche du match d'ouverture face aux Tonga, êtes-vous déjà totalement investis dans la préparation de ce premier rendez-vous ? Les deux premiers jours ont consisté à accueillir les joueurs, à fixer les règles et poser les bases des semaines suivantes. On va commencer à entrer dans le prochain match dans un ou deux jours. Il ne faut pas se projeter trop loin. La première étape, c'est le match d'ouverture contre les Tonga. Sur les prochains jours, on va commencer à se concentrer sur ce match.