Carter, l'Usap en rêve encore

  • A
  • A
Carter, l'Usap en rêve encore
Partagez sur :

De passage à Paris ce mercredi pour une opération promotionnelle, Dan Carter, auréolé d'un nouveau Grand Chelem dans les Iles britanniques avec les Blacks, pourrait profiter de son escapade parisienne pour y rencontrer Paul Goze. Le président de l'Usap sur tous les fronts pour préparer l'avenir, mais aussi faire face à un présent moins réjouissant. Huitièmes à 12 points du leader toulousain, les Catalans n'ont plus le droit à l'erreur.

De passage à Paris ce mercredi pour une opération promotionnelle, Dan Carter, auréolé d'un nouveau Grand Chelem dans les Iles britanniques avec les Blacks, pourrait profiter de son escapade parisienne pour y rencontrer Paul Goze. Le président de l'Usap sur tous les fronts pour préparer l'avenir, mais aussi faire face à un présent moins réjouissant. Huitièmes à 12 points du leader toulousain, les Catalans n'ont plus le droit à l'erreur. L'évènement est suffisamment rare dans la vie du club catalan pour être signalé. Paul Goze, rapporte L'indépendant, a tenu ce lundi à s'inviter dans un vestiaire enfin au grand complet - seul Batlle (entorse à la cheville) fréquente encore l'infirmerie - pour placer chacun de ses joueurs devant ses responsabilités. Défaite (20-29) à Aimé-Giral par le RCT lors de sa dernière sortie avant la trêve internationale - son deuxième revers à domicile de la saison après Montpellier -, l'Usap émarge, il est vrai à une peu flatteuse huitième place au classement, déjà reléguée à 12 points du leader toulousain, et va jouer sa saison d'ici fin janvier. Dans ce contexte, le président Goze a tenu à rappeler les objectifs du club, à savoir les qualifications en Top 14 comme en H-Cup face auxquels la marge de manoeuvre des Catalans apparaît de plus en plus réduite. Le déplacement à Castres samedi, pour le compte de la 13e journée, s'annonce plus que brûlant et dès ce lundi, preuve de l'urgence, même les internationaux (Mas, Schuster, Guirado, Porical, Marty, Pulu, Tincu, Tonita, Mermoz) étaient mobilisés. Une semaine cruciale qui bénéficiera d'une mesure de huis clos de circonstance. 1,2 millions d'euros par saison ! Mercredi, c'est à Paris qu'un Goze sur tous les fronts pourrait rencontrer un certain Dan Carter de passage dans la capitale pour une opération de promotion avec son équipementier sur les Champs-Elysées et discuter du même coup des conditions d'un éventuel retour sous le maillot sang et or. Presque deux ans après une pige aussi furtive qu'alléchante, qui à jamais a marqué les esprits du côté du Castillet, la cote de l'ouvreur néo-zélandais reste non seulement au plus haut, mais elle s'est même envolée. Devenu ce week-end le meilleur marqueur de points au niveau international devant Jonny Wilkinson (1 188) au terme d'un nouveau Grand Chelem des All Blacks au cours de leur tournée dans les îles britanniques, Carter reste un joueur d'exception, ouvreur des potentiels futurs champions du monde. Dans ces conditions, si son transfert en 2009 avait constitué un véritable tour de force, le faire revenir après la Coupe du monde représente un incroyable défi. Et pour cause... Carter, c'est aujourd'hui un salaire évalué à 1,2 millions d'euros par saison sur trois ans. Un rêve cette fois peut-être un peu trop cher pour l'Usap...