Cancellara, prince des Flandres

  • A
  • A
Cancellara, prince des Flandres
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - Le Suisse a remporté dimanche le Tour des Flandres, devant Tom Boonen.

CYCLISME - Le Suisse a remporté dimanche le Tour des Flandres, devant Tom Boonen. Fabian Cancellara est un homme de grands rendez-vous. Et quand le Suisse annonce ses objectifs, précis comme un horloger, il ne se rate que très rarement. Vainqueur de Paris-Roubaix en 2006 et de Milan-San Remo en 2008, le triple champion du monde du contre-la-montre (2006, 2007, 2009) avait coché le Tour des Flandres comme son premier grand objectif de l'année. Forcément au parfum, les Belges, vainqueur quatre fois ces cinq dernières années, s'en méfiaient comme de la peste. Ça n'a pas suffi. En ce dimanche Pascal, Cancellara a douché les espoirs de tout un peuple de voir l'un des leurs mettre la main sur la course cycliste belge la plus légendaire. Mais le Bâlois était tout simplement le plus fort lors d'une 93e édition qui s'est, dans le final, résumée à un mano à mano entre le Suisse et Tom Boonen, soient les deux grands favoris désignés. Les grandes manoeuvres ont commencé dans le Molenberg, dixième des quinze monts répertoriés, à l'initiative de Cancellara. A 45 kilomètres du but, le Suisse, se sentant à l'étroit au sein d'un groupe d'une vingtaine d'unités regroupant tous les grands favoris, a porté une attaque fulgurante à laquelle seul Boonen, vainqueur du Tour des Flandres en 2005 et 2006, a pu répondre. Le mano à mano était lancé. Derrière, malgré toute la bonne volonté de David Millar et Philippe Gilbert, les poursuivants devaient se résoudre à l'évidence que l'échappée royale serait difficile à reprendre. Boonen, un temps incertain sur la tactique à suivre – relayer Cancellara ou attendre le retour hypothétique de coéquipiers tels que le double tenant du titre Stijn Devolder ou Sylvain Chavanel -, optait finalement pour jouer le coup à fond. Boonen cède dans le Mur de Grammont Mais, déjà battu par Cancellara huit jours plus tôt lors du GP E3 après avoir été déposé dans le dernier kilomètre, l'idole du peuple flandrien, très affûtée, n'allait pas faire mieux qu'à Harelbeke. A 15 kilomètres de l'arrivée à Meerbeke, le leader de Quick Step restait impuissant, dressé sur ses pédales, à l'accélération du Suisse dans la portion la plus pentue (près de 20%) de l'avant-dernière difficulté de la journée. Basculant en tête avec une centaine de mètres d'avance sur Boonen, Cancellara filait seul vers la victoire sur un final taillé pour ses qualités de rouleur. Cédant du terrain au fil des kilomètres, Boonen, mâchoires serrées, se battait comme un lion mais devait s'avouer vaincu face à la suprématie de celui qu'il avait désigné, à juste titre, comme son rival le plus sérieux. L'écart entre les deux hommes ne cessant de se creuser, pour culminer à une minute et quatorze secondes sur la ligne d'arrivée, Cancellara a pris le temps de savourer sa victoire, sortant une petite médaille de sa musette dans la dernière ligne droite avant de s'emparer d'un drapeau suisse parmi les centaines d'étendards flandriens. Après lui, Boonen, puis Gilbert, troisième comme l'an dernier, et Björn Leukemans sauvaient l'honneur des Belges, placés à défaut d'avoir pu l'emporter. L'heure de la revanche viendra bien assez tôt, Paris-Roubaix, chasse gardée de Boonen depuis 2008, devrait mettre dans une semaine les mêmes protagonistes à l'épreuve sur les pavés du Nord. Pour un résultat identique ?