Campagnaro, la mort dans la peau

  • A
  • A
Campagnaro, la mort dans la peau
Partagez sur :

Hugo Armando Campagnaro est une sorte de miraculé. Victime d'un accident de la route en juin dernier, le défenseur argentin du SSC Naples est passé tout près de la mort. Trois mois plus tard, il est à nouveau l'un des hommes de base de Walter Mazzari, l'entraîneur des Partenopei. Etincelant contre Manchester City, il devrait être à nouveau aligné ce dimanche à San Paolo contre l'AC Milan. Retour sur les derniers mois d'un rescapé.

Hugo Armando Campagnaro est une sorte de miraculé. Victime d'un accident de la route en juin dernier, le défenseur argentin du SSC Naples est passé tout près de la mort. Trois mois plus tard, il est à nouveau l'un des hommes de base de Walter Mazzari, l'entraîneur des Partenopei. Etincelant contre Manchester City, il devrait être à nouveau aligné ce dimanche à San Paolo contre l'AC Milan. Retour sur les derniers mois d'un rescapé. Mercredi 14 septembre, 20h45. Les stars de Manchester City reçoivent à l'Etihad Stadium des Napolitains qui redécouvrent la plus prestigieuse des compétitions de clubs, vingt ans après la belle épopée des coéquipiers de Diego Maradona, achevée en huitièmes de finale sur un revers contre le Spartak Moscou. Alors que les tabloïds penchent sur une victoire des Citizens, Naples, à la surprise générale, décroche un prometteur match nul (1-1), tandis que Samir Nasri sur son côté gauche est complètement muselé par son vis à vis du soir: un certain Campagnaro. Le lendemain, la presse italienne salue à l'unanimité la prestation de ce miraculé. En juin 2011, l'Italo-Argentin est en effet passé tout près de la mort. A Cordoba, sa ville natale, l'ancien défenseur central de Piacenza et de la Sampdoria est impliqué dans un grave accident de la route. Sa camionnette entre en carambolage avec un autre véhicule, provoquant la mort de trois personnes dont celle de l'un de ses amis. L'engagement du pronostic vital du joueur est même un temps évoqué par la Gazzetta dello Sport. Hospitalisé d'urgence, Campagnaro, blanchi par les tests d'alcoolémie, ressort quelques jours plus tard meurtri dans son âme mais sans aucune séquelle physique. Déjà buteur et passeur décisif "L'accident a été terrible. Je ne pensais pas m'en relever, surtout après avoir appris que d'autres personnes ne s'en sont pas sorties. Je préfère ne plus y penser. Dieu m'a sauvé miraculeusement et à présent, je peux regarder vers l'avenir" avait-t-il ainsi déclaré dans une interview à la Gazzetta dello Sport au début du mois d'août. Pourtant, les ennuis ne sont pas terminés. Pire encore, ils ne font que commencer. Son accident de la route ayant causé la mort de trois personnes, Hugo Campagnaro est inculpé d'homicide par la justice argentine. Le juge d'instruction, Walter Guzman, l'incrimine même "d'homicide avec des circonstances aggravantes et de conduite imprudente d'un véhicule à moteur". Le défenseur napolitain est finalement libéré sous caution (après avoir versé 500.000 dollars). Aujourd'hui, le numéro 14 de San Paolo a tourné la page la plus douloureuse de sa vie. Défenseur central indiscutable dans le 3-5-2 de Mazzari, Campagnaro a délivré une prestation des plus remarquables contre Cesena lors la première journée. C'est lui qui d'une touche de plus de 40 mètres a offert le premier but partenopeo de la saison à Lavezzi, son compatriote. Et c'est encore lui qui, en embuscade au second poteau, a redonné l'avantage aux siens lors de la seconde période pour une victoire 3-1. "Après un été cauchemar, j'avais besoin de certaines satisfactions pour m'aider à regarder vers l'avant, et continuer à avancer, a déclaré l'Argentin à la fin de la rencontre. J'ai maintenant une pensée pour ceux qui ne sont plus de ce monde." Et aussi sur les attaquants de l'AC Milan à qui il ne devrait pas faire de cadeaux dimanche soir. Car Campagnoro n'est pas surnommé "Le Mur" par ses supporters pour rien.