Cammas, record en vue !

  • A
  • A
Cammas, record en vue !
Partagez sur :

VOILE: Le maxi trimaran Groupama 3 a levé l'ancre à Brest ce jeudi pour rejoindre la ligne de départ du Trophée Jules-Verne au large d'Ouessant.

C'est sous les applaudissements que le maxi trimaran Groupama 3 a levé l'ancre à Brest ce jeudi, en début d'après-midi, pour rejoindre la ligne de départ du Trophée Jules-Verne au large d'Ouessant. Franck Cammas et ses neuf équipiers ont le potentiel pour détrôner Bruno Peyron de son record, cette barre des 50 jours que tentera également de briser Pascal Bidégorry sur Banque Populaire V."Ce qui m'intéresse, c'est de passer sous les 50 jours. Si on peut gagner quelques heures, ça nous suffira largement". Pour Franck Cammas, interrogé sur les ondes d'Europe 1, l'objectif est clair. Celui de battre le record du monde en équipage à la voile du Trophée Jules-Verne, actuellement détenu depuis 2005 par Bruno Peyron sur Orange 2 (50 jours, 16 heures, 20 minutes et 4 secondes). Pour cela, le skipper d'Aix-en-Provence a décidé de s'entourer de pointures cette année, comme Thomas Coville et Lionel Lemanchois, deux marins expérimentés qui ont rejoint l'équipage du Groupama 3. Dix hommes, Franck Cammas compris, qui vont s'attaquer au tour de la planète, bientôt rejoints par Pascal Bidégorry et son propre équipage sur Banque Populaire V, un terrible adversaire qui a repris début août au maxi trimaran vert le record de la traversée de l'Atlantique. Un périple qui impliquera naturellement certaines concessions comme celle de "ménager sa structure avant d'aller le pus vite possible et de choisir la route en fonction des dépressions pour ne pas faire souffrir le bateau".Des creux de cinq mètres annoncés le premier jourEt même si le départ de ce Trophée Jules-Verne, au large d'Ouessant, risque d'être périlleux, étant donné les creux de cinq mètres annoncés durant les premières 24 heures dans une mer extrêmement agitée, Franck Cammas se veut optimiste. "C'est vrai que la tâche qui nous attend s'annonce assez difficile, et que tout dépendra de la météo, mais on sait qu'on peut battre ce record". Des propos réalistes et mesurés de la part de l'Aixois, impatient d'en découdre à bord de son trimaran, entièrement rénové pour l'occasion. L'échec de 2007, avec le chavirage de son bateau en Nouvelle-Zélande, aura en effet eu le mérite de rendre le skipper plus vigilant sur la structure même de son bateau. Malgré tout, cela n'entache en rien la confiance du skipper pour son équipage et son bateau. Un bateau qui, après avoir traversé l'Equateur dans les 5 jours qui suivront le départ, et traversé l'Atlantique du Nord au Sud, fera le tour de l'antarctique, via les trois passages obligés: le Cap de Bonne-Espérance, le Cap Leeuwin et le Cap Horn, point final d'une navigation dans l'Indien et le Pacifique, deux océans peu accueillants. Restera à négocier la remontée vers Ouessant, via les côtes brésiliennes, le passage du Pot au Noir (zone de convergences intertropicales située sur l'équateur) toujours difficile à négocier et le Golfe de Gascogne où rien n'est jamais acquis. Un retour que Franck Cammas aimerait dater au 22 décembre, jour de son anniversaire, ce qui porterait son temps de parcours à moins de 47 jours... Et quel plus beau cadeau que celui de s'attribuer le nouveau record du monde en équipage à la voile, le skipper pourrait-il se faire ? Même si selon l'intéressé, l'essentiel reste de "se faire plaisir et de ne pas rencontrer trop d'obstacles."