Calcio, c'est de la triche ?

  • A
  • A
Calcio, c'est de la triche ?
Partagez sur :

Cinq ans après le fameux Calciopoli qui avait ébranlé le football italien, un nouveau scandale lié à une affaire de corruption a entraîné mercredi matin l'arrestation de seize personnes, dont Beppe Signori, ancien capitaine de la Lazio et attaquant de l'équipe nationale. Les suspects sont accusés de complot et de fraude sportive.

Cinq ans après le fameux Calciopoli qui avait ébranlé le football italien, un nouveau scandale lié à une affaire de corruption a entraîné mercredi matin l'arrestation de seize personnes, dont Beppe Signori, ancien capitaine de la Lazio et attaquant de l'équipe nationale. Les suspects sont accusés de complot et de fraude sportive. Presque un signe du destin. Au moment même où une peine de cinq ans et huit mois a été requise contre Luciano Moggi, personnage central du Calciopoli - le scandale des matches truqués en 2005 -, un coup de filet gigantesque a été opéré mercredi matin pour arrêter seize personnes, impliquées dans une nouvelle affaire de corruption et de paris illégaux. L'enquête dirigée par la police de Cremone, qui a débuté le 14 novembre 2010, a en effet mis en évidence un réseau organisé entre des footballeurs en exercice ou retraités et des opérateurs de paris sportifs, destiné à manipuler les résultats de certains matches de deuxième division italienne et de ligues inférieures. Des paris d'un montant de plusieurs dizaines de milliers d'euros et, dans certains cas, de plusieurs centaines de milliers d'euros, auraient été enregistrés sur ces rencontres, selon la police. Parmi les personnes mouillées dans cette affaire figurent notamment Beppe Signori, triple Capocanoniere (1993, 94, 96) sous le maillot de la Lazio ou Cristiano Doni, ancien international italien bien connu à Bergame. Ces deux légendes du Calcio, comme neuf autres suspects, ont été assignées à résidence alors que sept mandats d'arrêts ont été émis par les magistrats. Les motifs sont extrêmement lourds puisque l'on parle "d'association de malfaiteurs" et "extorsion de fonds". Le quotidien transalpin Il Fatto quotidiano va même plus loin en évoquant une "véritable organisation criminelle ayant pour objectif de manipuler les rencontres à leur avantage et de conditionner le déroulement de certaines parties". Les investigations ont débuté en novembre dernier après la rencontre de Ligue Pro 1e division (l'équivalent du National) entre Cremonese et Paganese (1-0). Plusieurs joueurs de l'équipe locale ont alors été hospitalisés pour des douleurs aigües au ventre. Des souffrances, qui après analyse, auraient été provoquées par des sédatifs très puissants (Lithium), dilués dans les gourdes des concernés afin qu'ils jouent en dessous de leurs capacités habituelles. Si les matches suspectés étaient initialement des rencontres de Serie B ou de Lega Pro (troisième ou quatrième division italienne), les policiers de la ville de Crémone se mettent à suspecter également certaines confrontations de Serie A. Voilà une nouvelle affaire qui ne va pas réhabiliter le championnat italien.