Caen, la carte jeune

  • A
  • A
Caen, la carte jeune
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Caen récolte les fruits d'une équipe qui a misé sur les jeunes.

LIGUE 1 - Caen récolte les fruits d'une équipe qui a misé sur les jeunes. Le large sourire qui illuminait leur visage en disait long sur leur bonheur. Youssef El-Arabi, Sambou Yatabaré et Ismaïla N'Diaye ont posé ensemble devant les photographes après la victoire de Caen face à Lyon (3-2) le week-end dernier, lors de la deuxième journée de Ligue 1. Acteurs majeurs du succès normand, avec un but chacun, ces jeunes joueurs sortent tout droit du centre de formation caennais. Lancés dans le grand bain par Franck Dumas, qui devait pallier les absences sur blessure de Nivet et Seube notamment, les voilà désormais sous les projecteurs. "Avec l'envie et la motivation qu'on avait, on ne s'est pas préoccupé de l'équipe en face. On a bien travaillé sur leurs points faibles, pour bien les exploiter. On est quand même resté vigilant parce que Lyon aurait très bien pu lancer sa saison chez nous", explique Yatabaré sur notre site. Et en plus, ils sont lucides. Pourtant, il y aurait de quoi tourner la tête. El-Arabi, buteur contre l'OM et l'OL, s'est accordé un temps de réflexion plus long avant de prolonger son contrat. Preuve que le Franco-Marocain a peut-être des envies d'ailleurs après son début de saison tonitruant (2 buts en 2 matches). Yatabaré, lui, est surtout reconnaissant vis-à-vis de Franck Dumas: "On a la chance d'avoir un coach qui nous fait confiance. L'année dernière, il nous a beaucoup parlés et il a toujours dit qu'il allait compter sur nous. Il y a eu des blessures et il n'a pas hésité à nous mettre sur le terrain. Il ne fallait pas se rater derrière." A 21 ans, cet athlétique milieu de terrain (1,90 m, 82 kg) a traversé des périodes de doutes, comme la saison dernière en Ligue 2 durant laquelle il a été freiné par des blessures à répétition. L'effet surprise envolé ? Mais le club ne l'a jamais lâché. Pur produit du centre de formation normand, tout comme N'Diaye et El-Arabi, Yatabaré n'oublie pas les entraîneurs qui l'ont déniché alors qu'il évoluait en DH à Beauvais. "Sébastien Bannier et Philippe Tranchant ont eu un rôle très important. Ils ont toujours cru en moi, ils m'ont toujours motivé. Quand je suis arrivé au club, j'ai fait des tests pour être défenseur alors que j'étais attaquant. Ils ont bien aimé ma polyvalence. Je leur dois beaucoup", reconnait-il. El-Arabi, 23 ans, sait lui aussi d'où il vient. Les galères, il les a connues avant de prendre conscience de son potentiel. "Mon objectif, c'est de prouver que je peux devenir un joueur de L1. Il faudra que je prenne vite mes repères, et pour ça il me faudra du temps de jeu, enchaîner les matches pour continuer à progresser. C'est surtout ça qui me préoccupe aujourd'hui", confie-t-il dans les colonnes de Ouest-France. L'effet de surprise passé, il faudra à ces trois jeunes prometteurs trouver d'autres moyens pour mettre à mal les défenses de Ligue 1. Celle de Montpellier par exemple, dès dimanche lors de la 3e levée du Championnat de France. "Le groupe fonctionne bien, tout le monde s'entend bien. Cela nous aide forcément pour le début de saison. Quand on a vu le calendrier, on s'est dit qu'il fallait jouer match par match, jouer notre jeu. On n'avait rien à perdre. Dans son discours, le coach a insisté sur la motivation toute la semaine", raconte Yatabaré. Les Montpelliérains sont prévenus, la jeunesse caennaise n'est pas à prendre à la légère.