Caen en quête de stabilité

  • A
  • A
Caen en quête de stabilité
@ Ouest France
Partagez sur :

LIGUE 1 - Remonté en Ligue 1, Caen veut se stabiliser parmi l'élite.

LIGUE 1 - Remonté en Ligue 1, Caen veut se stabiliser parmi l'élite. La saison dernière Relégué en Ligue 2 après une fin de saison 2008-2009 catastrophique, Caen arrive dans l'antichambre de l'élite avec la ferme ambition de ne pas faire de vieux os. Si quelques cadres s'en vont comme Vincent Planté, Steve Savidan ou Fahid Ben Khalfallah, l'effectif de Franck Dumas, maintenu à son poste, apparaît bien vite supérieur à celui de ses adversaires. Rapidement installé en tête du championnat, les Malherbistes ne quitteront plus leur trône, malgré une fin de saison plus poussive. C'est donc le 19 avril, à cinq journées de la fin de l'exercice, que Caen décroche sa remontée, avant d'être sacré champion de France de Ligue 2 lors de la 38e et dernière journée. Le recrutement Franck Dumas voulait boucler rapidement son recrutement, et il a été servi. Tout d'abord, l'option d'achat de Kandia Traoré, sept buts l'an passé, a été automatiquement levée du fait de la montée. Ensuite, le Stade Malherbe a recruté malin avec l'arrivée du défenseur serbe Branko Lazarevic (OFK Belgrade), ainsi que de l'une des révélations de la saison passée, le milieu offensif Romain Hamouma (Laval). Un milieu de terrain également renforcé par Damien Marcq (Boulogne-sur-mer) et le prêt de Yohan Mollo (Monaco), qui devraient également apporter leur écot cette saison. Rayon départ, on peut noter l'exil de Proment vers la Turquie, ou le retour de Langil dans sa maison mère auxerroise. Le joueur à suivre Meilleur passeur du club l'an passé, Benjamin Nivet est la tête pensante du jeu offensif caennais. Le meneur de jeu formé à Auxerre possède en effet une technique au dessus de la moyenne et c'est de lui que partent la plupart des occasions du Stade Malherbe. Bon tireur de coups de pied arrêtés, l'ancien Troyen préfère lui parler du collectif et du club au sein duquel il est resté malgré la descente, l'an passé. "Cette saison, on a l'obligation de rester en Ligue 1, il va falloir être costaud", nous explique ainsi le chef d'orchestre normand. "On a cette envie de laisser le club en Ligue 1, on a un groupe homogène et ambitieux et on a fait une belle saison l'an dernier", ajoute Nivet, qui ne veut pas pour autant abandonner le jeu : "Notre jeu c'est avant tout le jeu offensif. L'identité de Malherbe avec Dumas, c'est le jeu". L'entraîneur Franck Dumas est chez lui au Stade Malherbe de Caen. Né dans le Calvados, formé au club, c'est tout naturellement qu'il s'est tourné vers le club pour finir sa carrière de joueur. Nommé directeur sportif lorsqu'il raccroche les crampons, il devient entraîneur en mai 2005. Il n'a depuis plus quitté le banc, malgré un caractère parfois ombrageux et des déclarations tapageuses. Entraîneur lors de la descente de l'équipe il y a deux saisons, son président le maintient en poste, l'exonérant de toute responsabilité. "Les qualités de Franck Dumas c'est d'abord un local, le Stade Malherbe c'est sa vie, c'est son club de coeur. Et pour avoir eu d'autres expériences, je préfère un entraîneur qui coache une équipe qu'il a dans son coeur, qu'il a formée", nous explique ainsi son président, Jean-François Fortin. Toujours maître à bord, il aborde donc sa cinquième saison à la tête de l'équipe première. Le pronostic de la rédac Le Stade Malherbe se battra assurément pour le maintien. Si le club normand a plutôt bien recruté, se renforçant efficacement pour pas trop cher, l'effectif semble un peu juste pour viser mieux. Si la défense ne présente pas toutes les garanties, au contraire de celle de Montpellier l'an passé, son attaque n'est pas non plus très reluisante. On trouve ainsi un Kandia Traoré auteur de sept buts l'an passé, ainsi que Youssef El-Arabi, qui n'a encore rien prouvé dans l'élite. C'est au milieu que Caen devrait obtenir son maintien, avec un attelage qui tient la route, et au sein duquel le petit Romain Hamouma devrait s'épanouir pour mieux se révéler aux yeux de tous.