Ça sent le roussi à Lens

  • A
  • A
Ça sent le roussi à Lens
Partagez sur :

A peine deux ans après sa remontée en Ligue 1, le RC Lens passera les fêtes de fin d'année dans les profondeurs du classement. Malgré un nul encourageant, concédé à Bordeaux (2-2) lors la 19e journée, les Lensois vont devoir batailler tout au long de la seconde moitié du championnat pour se sauver. Avec un match en retard, reprogrammé mi-janvier face à Caen, les protégés de Jean-Guy Wallemme ont encore leur destin en main mais ne devront pas laisser de points en cours de route s'ils veulent rester dans l'élite.

A peine deux ans après sa remontée en Ligue 1, le RC Lens passera les fêtes de fin d'année dans les profondeurs du classement. Malgré un nul encourageant, concédé à Bordeaux (2-2) lors la 19e journée, les Lensois vont devoir batailler tout au long de la seconde moitié du championnat pour se sauver. Avec un match en retard, reprogrammé mi-janvier face à Caen, les protégés de Jean-Guy Wallemme ont encore leur destin en main mais ne devront pas laisser de points en cours de route s'ils veulent rester dans l'élite. L'heure est grave à Lens. Actuellement 19e à trois points de Monaco, le premier non relégable, les Sang et Or se devaient de réagir avant la trêve hivernale. A Bordeaux, mercredi soir en match de clôture de la 19e journée de Ligue 1, les hommes de Jean-Guy Wallemme étaient dans l'obligation de l'emporter pour se sortir de la zone rouge. Malheureusement pour eux, comme lors de la saison 2007-2008 face aux Girondins, les Artésiens ont encore joué une rencontre en deux temps. Dominateurs en première période, les coéquipiers de Runje ont totalement craqué après le repos pour finalement concéder un match nul (2-2) qui ne les arrange guère. Remontés en Ligue 1 il y a un an et demi, les Nordistes n'arrivent pas à s'en sortir. Malgré un exercice 2009-2010 conclu à une honorable 11e place, les Lensois connaissent cette saison les pires difficultés. Relégables depuis la 5e journée, les hommes de Jean-Guy Wallemme risquent à ce rythme-là de retrouver la Ligue 2 au printemps prochain. "On est en train de sortir de deux ans et demi de galère financière, expliquait, sur le site internet de la Voix des Sports, Gervais Martel début octobre. Moi, je n'ai pas envie de retourner dans le tunnel, et n'y retournerai pas. À Lens, aujourd'hui, on a le bonnet d'âne, il faut être clair, alors il va falloir travailler plus et réapprendre ses leçons." 16e attaque, 19e défense... Ce coup de gueule de la part du président lensois aurait-il porté ses fruits ? Avant ce recadrage en bonne et due forme au lendemain de la lourde défaite à Sochaux (0-3), surtout causé par l'altercation entre Demont et Kovacevic, les Artésiens avaient toutes les peines du monde à enchaîner les bons résultats avec cinq défaites, deux nuls pour une seule victoire après huit journées. A la veille d'une rencontre déjà décisive pour sa survie en championnat, Lens trouvait les ressources nécessaires pour accrocher le leader rennais (0-0). C'était peut-être le début d'une belle série pour les Sang et Or. Invaincus durant cinq journées avant que les Lyonnais viennent, le 21 novembre à Bollaert, doucher leurs espoirs de se sortir des profondeurs du classement (1-3). Crédités de la 16e attaque seulement mais surtout de la 19e défense de l'élite, les Sang et Or vont devoir gommer de nombreuses imperfections en 2011. Avec un match en retard, qui sera joué mi-janvier face à Caen, et à trois longueurs seulement du premier non relégable, Monaco, les Lensois ont encore leur destin en main pour assurer le maintien. Mais leur marge d'erreur s'est considérablement réduite.