Ça passe par un exploit

  • A
  • A
Ça passe par un exploit
Partagez sur :

Ecrasée par le Real Madrid, la poule G de la Ligue des champions, véritable groupe de la mort de la présente édition, n'a pas livré son verdict pour autant. Entre l'AC Milan, l'Ajax et l'AJA, deux points seulement séparent deux mondes à la veille d'une 5e levée qui pourrait néanmoins décanter la situation. Pour les Auxerrois, le rêve européen passe par un exploit ce mardi face aux Rossoneri.

Ecrasée par le Real Madrid, la poule G de la Ligue des champions, véritable groupe de la mort de la présente édition, n'a pas livré son verdict pour autant. Entre l'AC Milan, l'Ajax et l'AJA, deux points seulement séparent deux mondes à la veille d'une 5e levée qui pourrait néanmoins décanter la situation. Pour les Auxerrois, le rêve européen passe par un exploit ce mardi face aux Rossoneri. Ils sont encore en vie les Auxerrois ! A ce stade de la phase de poules et avec de tels adversaires à leurs côtés - un Real Madrid, un AC Milan et un Ajax Amsterdam pesant pas moins de 20 C1 à eux trois - ce n'était pas gagné d'avance. Petit Poucet d'un groupe qui semblait devoir lui réserver six déconvenues de rang, l'AJA ne s'est pas laissée abattre par ses trois revers initiaux. En dominant l'Ajax il y a trois semaines, le club icaunais s'est permis de rêver à l'impossible: une qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions toujours accessible ou, à défaut, un billet pour la Ligue Europa. Ce rêve, bien entendu, a un prix. Et pas des moindres ! Le calendrier réservant aux Bourguignons un ultime déplacement à Santiago-Bernabeu, il faudra certainement battre l'AC Milan ce mardi soir pour entretenir la flamme. L'Abbé-Deschamps, qui a vu l'ogre lombard tomber entre ces tribunes un soir de septembre 1985 (3-1), y croit. Et peut y croire... Depuis leur défaite à Amsterdam, concédée le 19 octobre dernier, les Auxerrois sont invaincus et ce, toutes compétitions confondues. Six victoires et deux matches nuls, telle est la série en cours d'une AJA qui en dépit de son traditionnel retard à l'allumage répond présent en cette première partie de saison. Pourtant l'effectif de Jean Fernandez n'a pas été épargné en cet automne. Devant, l'entraîneur bourguignon a même dû essuyer une véritable hécatombe, avec les blessures successives de Jelen, Le Tallec et Licata, rejoints dernièrement à l'infirmerie par Langil, l'homme qui a accordé un sursis à Auxerre en marquant le but de la victoire face à l'Ajax. Heureusement, la roue tourne cependant et ce dernier, qui devait se faire opérer du genou dans les prochains jours, sera finalement de la partie ce mardi. Un bonheur n'arrivant jamais seul, Hengbart effectuera lui aussi son retour à la compétition pour assurer les arrières de l'AJA. Grichting: On y croit ! Autre défenseur de la cause icaunaise, Stéphane Grichting sera également de la partie, et certainement pas pour faire de la figuration: "On y croit, franchement, comme on peut y croire à chaque match. On est dans la même situation qu'avant l'Ajax, à savoir qu'on est obligé de gagner pour rester dans la course. Je pense que notre victoire face à Amsterdam a été perçue comme un avertissement par nos adversaires. Ils savent qu'il n'est pas facile de nous battre à l'Abbé-Deschamps. A nous de confirmer, en hissant notre niveau à la hauteur du Milan." Pour Jean Fernandez, "Milan sera favori, ça ne sert à rien de se le cacher", mais l'ancien technicien marseillais, qui fut des plus belles victoires de l'OM face à l'AC Milan au début des années 90, n'entend pas baisser pavillon pour autant. "Notre plus grand atout sera de jouer à domicile. Ensuite, il faut avouer que nous n'aurons rien à perdre. Nous sommes dans une bonne dynamique, l'équipe a confiance en ses possibilités et sur un match, de toute façon, tout est possible." Privé de Pirlo pour l'occasion, l'actuel leader de la Serie A, emmené par un Ibrahimovic décisif à chacune de ses sorties ces temps-ci, n'en reste pas moins "impressionnant" aux yeux du chef d'orchestre ajaïste. L'exploit n'en sera que plus beau...