Ça compte double

  • A
  • A
Ça compte double
Partagez sur :

Alors que Serbie et France se trouvent à égale distance du saladier d'argent à l'issue de la première journée de la finale (1-1), le double, disputé ce samedi après-midi à Belgrade, revêt une importance capitale. Plus encore peut-être pour les Bleus qui comptent énormément sur Michaël Llodra et Arnaud Clément, prêts à disputer le match de leur vie. Côté serbe, Nenad Zimonjic, n°3 mondial de la spécialité, sera l'atout majeur.

Alors que Serbie et France se trouvent à égale distance du saladier d'argent à l'issue de la première journée de la finale (1-1), le double, disputé ce samedi après-midi à Belgrade, revêt une importance capitale. Plus encore peut-être pour les Bleus qui comptent énormément sur Michaël Llodra et Arnaud Clément, prêts à disputer le match de leur vie. Côté serbe, Nenad Zimonjic, n°3 mondial de la spécialité, sera l'atout majeur. Il ne faut pas se tromper, le double a souvent un rôle clé lors des finales de Coupe Davis. Il n'y a qu'à regarder les chiffres de ces dix dernières années. Seule l'Espagne, en 2004, a soulevé le saladier d'argent après avoir perdu le double le week-end de son sacre. A égalité 1-1 à l'issue des deux premiers simples, Serbes et Français ont bien conscience que le point mis en jeu ce samedi pourrait compter double tant il mettrait l'équipe gagnante sur de bons rails. "Le double sera crucial, concédait Guy Forget vendredi soir. Mais Arnaud et Mika sont armés, ils rêvent d'avoir eux aussi leur nom gravé sur le Saladier." Pour permettre à la France de virer en tête à la veille d'une dernière journée assurée d'être à enjeux, les deux compères, qui ont longtemps évoluer ensemble sur le circuit, vont devoir sortir le grand jeu. Car en face d'eux, la paire serbe sera sans doute redoutable avec comme pilier Nenad Zimonjic, véritable spécialiste du double. "On sait tous que cela va être un match très dur à gagner, expliquait Llodra au moment du tirage au sort. Zimonjic vient de gagner le Masters de Londres (avec Daniel Nestor, ndlr). Il a une grosse confiance. (...). Ce ne sera pas un match facile." Le n°3 mondial de la spécialité - qui la saison prochaine fera équipe avec...Llodra ! - sera associé à Viktor Troicki malgré la rumeur grandissante depuis vendredi soir qui faisait état d'une possible titularisation de Novak Djokovic. Mais le capitaine Bogdan Obradovic a finalement préféré laisser son joueur vedette au repos afin de le préserver dans l'optique de son match face à Gaël Monfils dimanche. Clément: "Sortir le match, le bon jour" Pour Clément et Llodra, l'équation sera de toute façon la même : gagner pour placer Gaël Monfils dans les meilleures conditions avant de défier Djokovic dimanche en ouverture de programme. Dans cette optique, la connaissance qu'ils ont l'un de l'autre constitue un avantage indéniable sur lequel les deux compères comptent bien s'appuyer. "Le fait de jouer avec un très bon copain est une chance incroyable, explique Llodra. On arrive à sentir les moments où il faut se parler ou être un peu plus distants. Si je sens que cela coince dans un de ses compartiments du jeu, je vais le voir plus facilement." L'Aixois est sur la même longueur d'onde. "Dans un tel événement, avec autant de pression, avoir une telle connaissance de son partenaire, savoir exactement comment il fonctionne, c'est un plus." Avec 133 matches joués ensemble sur le grand circuit (91 victoires-42 défaites), dont neuf en Coupe Davis (7-2), les deux potes auront clairement l'expérience de leur côté sachant que Zimonjic n'a évolué qu'à huit reprises au côté de Djokovic et le même nombre de fois avec Troicki. Clément, revenu dans l'équipe depuis la demi-finale en raison de la blessure de Julien Benneteau, sent pourtant que cette partie, dans une atmosphère hostile, sera compliquée. "Il va falloir sortir un gros double, assure-t-il. Ce sera peut-être l'une des équipes les plus dures à battre par rapport à la qualité des joueurs et à l'événement. Mais, il faudra sortir le match, le bon jour." Forget leur fait confiance. "Je vais leur dire «Faites ce que vous savez faire, ce que vous faites très bien depuis des années. Soyez solidaires, parlez-vous, soyez ambitieux, opportunistes et créatifs. Et surtout restez concentrés et ne vous éparpillez pas». Mais ils ont tellement d'expérience que je n'ai pas besoin de leur parler pendant des heures." Les deux partenaires ont bien conscience que le match le plus important de leur histoire commune a lieu cet après-midi.