C'est l'OM de fer !

  • A
  • A
C'est l'OM de fer !
Partagez sur :

Pauvre en spectacle, le 8e de finale aller de Ligue des Champions entre Marseille et Manchester United (0-0) aura permis aux Olympiens de mettre en évidence une qualité défensive rarement prise à défaut. Une rigueur qui risque fort d'être pour les joueurs de Didier Deschamps, nettement plus décevants face au but de Van der Sar, encore l'atout n°1 dans trois semaines à Old-Trafford.

Pauvre en spectacle, le 8e de finale aller de Ligue des Champions entre Marseille et Manchester United (0-0) aura permis aux Olympiens de mettre en évidence une qualité défensive rarement prise à défaut. Une rigueur qui risque fort d'être pour les joueurs de Didier Deschamps, nettement plus décevants face au but de Van der Sar, encore l'atout n°1 dans trois semaines à Old-Trafford. 512 minutes. Voilà 512 minutes, soit plus de cinq matches, que Steve Mandanda n'a plus concédé le moindre but en Coupes d'Europe. Une performance quand on sait que le dernier buteur à avoir fait trembler les filets marseillais est un certain Nicolas Anelka, auteur d'un penalty transformé pour Chelsea le 28 septembre dernier, à Stamford Bridge. Depuis, l'arrière-garde marseillaise est intraitable. Une solidité défensive encore démontrée ce mercredi, à l'occasion d'un soporifique (0-0) tenu face à Manchester United et les fines gâchettes que sont les Rooney, Berbatov et autre Nani. S'il annonce que "50% du chemin" vers une éventuelle qualification en quarts de finale a été accompli par son équipe, Didier Deschamps sait aussi que "le retour sera compliqué, il faudra maintenir cette solidité défensive à Old Trafford." Même si l'intensité promet de s'élever d'un, voire même de deux ou trois crans dans trois semaines dans le « Théâtre des rêves », comme l'a déjà d'ailleurs annoncé Rooney: "Je vous rassure, il y aura autre chose à voir à Old Trafford dans trois semaines.", cet OM de fer a démontré une rigueur et une maîtrise derrière, qui laissent à penser que cette équipe peut voyager. Fanni: "Comme s'il s'agissait d'un adversaire de L1" "Nous sommes contents de ne pas avoir encaissé de but face à une telle équipe, c'est un bon résultat pour nous tous, même s'il y avait sans doute la place pour faire mieux", soulignait le latéral Rod Fanni au terme d'une performance personnelle de haut niveau, à l'image de son traitement de choc infligé à Rooney. "Nous avons joué sans nous prendre la tête comme s'il s'agissait d'un adversaire de L1", enchaîne le milieu de terrain Charles Kaboré. "Certes nous n'avons pas marqué de but, mais il était important de ne pas en prendre. Maintenant, il faut y croire.". Le respect scrupuleux des consignes par ses joueurs avait sans doute de quoi réjouir un Didier Deschamps que l'on avait toutefois connu plus ambitieux par le passé. A l'entendre, cité par le site du club, répéter à l'envie que son équipe avait "su bien maîtriser les attaquants de haut niveau qu'il y avait face", l'entraîneur du club phocéen donnait déjà l'impression de tenir une première victoire. A voir évoluer cet OM mercredi, on aurait pu croire que déjà l'idée de jouer les tirs au but à Manchester tenaillait les esprits marseillais. Car sur le plan offensif, les motifs de satisfaction sont en revanche nettement moins nombreux, pour ne pas dire inexistants, à l'exception d'un Loïc Rémy monté en puissance au fil du match, avant de céder sa place, pris de vomissements. "Manchester voulait être performant au milieu avec des travailleurs pour limiter le champ d'action de Lucho, expliquait encore Deschamps comme pour dédouaner son stratège argentin de son match plutôt discret. Il y a eu de l'intensité, de l'impact, c'est le haut niveau. (...) Je suis fier de ce qu'ont réalisé mes joueurs ce soir, ils ont été à la hauteur de l'événement." Et de rappeler que les Mancuniens "n'ont pris qu'un but à l'extérieur cette saison en Champions League." Mais comme ne le sait que trop "DD", "dans trois semaines, à Old Trafford, ce sera une autre musique" et s'en remettre aux vertus du 0-0 (voir par ailleurs) risque fort de ne pas suffire. Dans ces conditions, si l'attaque marseillaise a manqué de tranchant pour inquiéter sérieusement Van der Sar, les retours attendus d'André-Pierre Gignac, forfait pour une élongation aux adducteurs, et Mathieu Valbuena, qui a joué le dernier quart d'heure pour son retour à la compétition, devraient l'aider dans trois semaines. "Certains joueurs, à l'image de Loïc Rémy, ont fait preuve de beaucoup de culot. Dans trois semaines, nous aurons un tout autre potentiel offensif avec le retour d'André-Pierre Gignac et d'un Mathieu Valbuena beaucoup plus en jambes", confirme José Anigo, le directeur sportif de l'OM. "Il fallait passer la première manche sans hypothéquer nos chances. Nous savons bien que Manchester montrera un autre visage chez eux, mais si nous savons garder cette efficacité défensive, nous pourrons leur poser des problèmes."