C'est Djokovic le patron !

  • A
  • A
C'est Djokovic le patron !
Partagez sur :

L'homme de fer ! Invaincu depuis le début de l'année 2011, Novak Djokovic a continué sur sa lancée, dimanche, en remportant le tournoi d'Indian Wells, le 21e titre de sa carrière. Après Roger Federer en demi-finale, le Serbe a cette fois battu Rafael Nadal en finale (4-6, 6-3, 6-2). Le nouveau numéro 2 mondial ne semble pas prêt à s'arrêter.

L'homme de fer ! Invaincu depuis le début de l'année 2011, Novak Djokovic a continué sur sa lancée, dimanche, en remportant le tournoi d'Indian Wells, le 21e titre de sa carrière. Après Roger Federer en demi-finale, le Serbe a cette fois battu Rafael Nadal en finale (4-6, 6-3, 6-2). Le nouveau numéro 2 mondial ne semble pas prêt à s'arrêter. Impressionnant. C'est à se demander si le bonhomme se souvient encore du mot «défaite». En dix-huit rencontres disputées en 2011, Novak Djokovic n'a pas encore connu un seul revers. Le Serbe s'est ainsi aligné sur trois tournois cette saison - Open d'Ausralie, Dubaï et Indian Wells - et les a tous remportés. En Californie, le nouveau numéro 2 à l'ATP s'est ainsi offert le scalp de Roger Federer en demi-finale, avant d'écarter Rafael Nadal en finale, dimanche (4-6, 6-3, 6-2). Un succès synonyme de 21e titre de sa carrière, le 7e en Masters 1000. Pourtant, au terme du premier set, Rafael Nadal semblait marcher vers la victoire. Alors que les deux hommes ont montré un niveau de jeu impressionnant, le Majorquin démontrait sa supériorité du fond du court. Larry Ellison, le milliardaire propriétaire du tournoi, ne cachait d'ailleurs pas son admiration sur certains coups du numéro un mondial (4-6). Mais, en face, Novak Djokovic n'est pas (plus) du genre à lâcher prise. Depuis la Coupe Davis acquise aux dépens de la France, l'enfant de Belgrade s'est construit un mental en acier trempé. Et ce n'est pas fini... Dominé au début du deuxième acte, le Serbe s'est appliqué à serrer les dents, pour faire la différence sur la fin, alors que Nadal montre ses premiers signes de faiblesse. Au terme d'un dernier jeu acquis dans la douleur, au prix d'une dizaine de minutes de combat, "Nole" remet les compteurs à zéro. Ou presque. Car l'ascendant psychologique est désormais du côté de "Djoko", qui ne compte plus lâcher sa proie, enfin prise entre ses crocs (6-3). Novak Djokovic appuie ainsi sur l'accélérateur, et passe trois jeux de rang à un Nadal devenu impuissant. La messe est dite, il ne reste plus qu'à achever le chef d'oeuvre. Novak Djokovic ne se fait pas prier, et conclut l'affaire quelques minutes plus tard (6-2). Avec ce troisième titre de la saison, acquis au nez et à la barbe du patron ibère, le Serbe a désormais pleinement lancé l'année 2011. Ces deux-là n'ont pas fini de s'écharper, notamment pour la place de numéro un mondial. Voilà un constat qui promet.