C'est Clermont le patron

  • A
  • A
C'est Clermont le patron
Partagez sur :

Le choc au sommet de la 15e journée de Ligue 2 a livré son verdict. Au terme d'une partie qu'il aura largement dominé, le Clermont-Foot a dominé Reims (1-0), lundi soir à Gabriel-Montpied, pour prendre seul la tête du classement. Les hommes de Michel Der Zakarian devancent désormais de trois points les Rémois, et de cinq points leurs autres poursuivants les plus proches.

Le choc au sommet de la 15e journée de Ligue 2 a livré son verdict. Au terme d'une partie qu'il aura largement dominé, le Clermont-Foot a dominé Reims (1-0), lundi soir à Gabriel-Montpied, pour prendre seul la tête du classement. Les hommes de Michel Der Zakarian devancent désormais de trois points les Rémois, et de cinq points leurs autres poursuivants les plus proches. "C'est pas fini", a prévenu Michel Der Zakarian. Mais c'est quand même très bien parti. En dominant Reims (1-0), lundi soir, dans le choc au sommet entre les deux co-leaders de Ligue 2, Clermont a frappé fort. La montée en puissance des Auvergnats, entrevue depuis quelques saisons, se confirme. Il faudra bien compter avec les hommes de Der Zakarian dans la lutte pour la montée. En battant Reims, Clermont a pris ses distances sur sa victime du soir, mais aussi sur le quatrième, Sedan, pointé à cinq points. Et en prime, Clermont a séduit. "On a vu un beau match de foot, on a bien maîtrisé notre sujet, s'est réjoui le grand absent du jour, Damien Perrinelle, interrogé sur Eurosport. Des tribunes, j'ai bien aimé. Mes coéquipiers sont rentrés avec de l'ambition. On s'est créé de belles occasions." Il est clair que Kossi Agassa, le portier rémois, n'a pas chômé. Dans les rangs clermontois, l'homme en forme, outre Jean-François Rivière, se nomme Romain Alessandrini. Le gaucher de 22 ans, qui a déjà tapé dans l'oeil de plusieurs clubs de Ligue 1, était partout. Il a déclenché plusieurs pétards sur la cage rémoise (13e, 21e, 24e, 44e), puis s'est montré à l'origine de l'occasion de Dembélé (28e). Dans la foulée, sur un coup du sort, une tête involontaire de Matthieu Fontaine se transformant en but contre son camp, Clermont prenait logiquement les commandes (1-0, 34e). Après la pause, si le trio Alessandrini-Rivière-Sylla a multiplié les combinaisons collectives (50e, 61e 63e), Agassa a tout repoussé, pour préserver les chances de son équipe. Après l'heure de jeu, l'équipe de Clermont a semblé décliner physiquement, et a fini par subir. Mais Reims, si l'on excepte une tête de Fauré (70e), n'a jamais su se montrer réellement dangereux. Ce Clermont-là ne méritait de toute façon rien d'autre que la victoire.