Button passe entre les gouttes

  • A
  • A
Button passe entre les gouttes
Partagez sur :

Pour son 200e Grand Prix, Jenson Button s'est imposé ce dimanche en Hongrie, devançant Sebastian Vettel et Fernando Alonso sur le podium. Profitant à merveille des conditions changeantes, le Britannique remporte sa deuxième course de la saison sur les terres de son tout premier succès en F1 alors que Vettel conforte sa première place au championnat.

Pour son 200e Grand Prix, Jenson Button s'est imposé ce dimanche en Hongrie, devançant Sebastian Vettel et Fernando Alonso sur le podium. Profitant à merveille des conditions changeantes, le Britannique remporte sa deuxième course de la saison sur les terres de son tout premier succès en F1 alors que Vettel conforte sa première place au championnat. "Un Grand Prix se déroule parfois sous la pluie à Budapest et à la fin c'est Button qui gagne." Honorant la célèbre maxime de son compatriote, l'ancien footballeur Gary Lineker, le Britannique l'adapte parfaitement à sa discipline. En vingt-cinq ans de F1 en Hongrie, seules deux courses se sont en effet déroulées sous la pluie. En 2006 et cette saison, offrant donc deux victoires à Button. Le pilote McLaren a livré une course superbe en étant régulièrement le plus rapide sur la piste tout en résistant à Hamilton puis Vettel, s'offrant le plus beau cadeau possible pour son 200e départ en Formule 1, sur les terres de son premier succès en F1 qui plus est, en 2006 donc. Tout n'a pourtant pas été aisé mais, redoutable gestionnaire de ses pneus et toujours aussi habile sous la pluie, Button est intraitable dans ce genre de conditions incertaines réclamant maitrise, stratégie et calme à toute épreuve. Le champion du monde 2009 a signé deux victoires cette saison, au Canada et ici en Hongrie, les deux courses disputées sous la pluie et avec des scénarios rocambolesques. Tout sauf un hasard... Extrêmement rapides dès le début de course sur une piste d'abord détrempée avant de s'assécher, les McLaren se débarrassent de Vettel pour prendre les commandes et les conserver après la première salve d'arrêts au stand servant à passer des pneus secs. La passe d'armes entre les deux coéquipiers, Button en pneus tendres, Hamilton en super-tendres, s'amorce et tient toutes ses promesses, la firme anglaise confirmant son net regain de performance en se montrant meilleure que les flèches Red Bull. Le calvaire d'Hamilton Si le champion du monde 2009 est le plus rapide en piste, Hamilton résiste sous la fine pluie retombant à mi-course et profite de l'erreur de son coéquipier, partant trop large au virage 2 pour reprendre les commandes... De courte durée puisque Button prend à nouveau l'avantage dans la ligne droite des stands grâce au DRS ! Mais l'ancien pilote Brawn GP commet la même erreur sur un virage 2 décidément piégeux. Hamilton en profite juste avant de rentrer aux stands et chausser des pneus intermédiaires au 52e tour... Un pari compliqué et une grosse erreur de McLaren qui voit son poulain se faire immédiatement déposer par Alonso profitant d'une piste s'asséchant de nouveau. L'écurie britannique rectifie le tir en le faisant rentrer dans la foulée... Mais le mal était déjà fait d'autant que les commissaires y ajoutent un drive through pour vitesse excessive dans les stands ! Si Hamilton peut grappiller au final quelques positions en s'offrant les scalps de Massa et Webber, l'Anglais de Stevenage ne pourra jamais revenir sur les hommes de tête, se contentant de la quatrième place... Un vrai tournant, Button n'ayant plus qu'à gérer face à un Vettel à la RB7 inconstante, rapide sur le sec, beaucoup moins par ces conditions changeantes. Admirable gestionnaire, l'ancien pilote Brawn GP reste avec les mêmes pneus durant 28 tours pour aller cueillir la victoire devant Vettel et Alonso, auteur d'un quatrième podium consécutif. Si l'Allemand conforte sa place de leader avec huit points repris sur son dauphin, Webber, McLaren confirme son rebond. A suivre dans un mois à Spa où le toboggan des Ardennes pourrait aussi promettre une course à rebondissements. Button a sans doute déjà hâte d'y être.