Buffon, le retour du boss

  • A
  • A
Buffon, le retour du boss
Partagez sur :

A peine revenu dans le but de la Juventus Turin, qui affronte la Roma jeudi en quart de finale de la Coupe d'Italie, Gianluigi Buffon a repris naturellement ses quartiers. Quoi de plus logique pour l'ancien Parmesan, encensé par son entraîneur Luigi Del Neri, qui a fait part de sa volonté de terminer sa carrière à la Juve.

A peine revenu dans le but de la Juventus Turin, qui affronte la Roma jeudi en quart de finale de la Coupe d'Italie, Gianluigi Buffon a repris naturellement ses quartiers. Quoi de plus logique pour l'ancien Parmesan, encensé par son entraîneur Luigi Del Neri, qui a fait part de sa volonté de terminer sa carrière à la Juve. Gianluigi Buffon et la Juve, c'est une grande histoire d'amour qui, normalement, ne se terminera jamais. En tout cas, c'est ce que le portier déjà légendaire de la Vieille Dame a affirmé lui-même, vendredi dernier dans les colonnes du Corriere dello Sport: "Je veux finir ma carrière à la Juve. Les preuves d'amour que j'ai reçues de la part des supporters, durant ma blessure, ne me laissent pas insensibles. Il y a des attentes autour de moi et je veux y répondre." De retour il y a moins de deux semaines, lors du huitième de finale de Coupe face à Catane, Gigi n'avait pas encore joué de la saison, sur le flanc depuis sept mois en raison d'une hernie discale. Pour se permettre de faire passer un tel message après plus d'une demi-saison d'absence, il faut être un emblème. Et à la Juventus, Buffon en est un, tellement attaché aux Bianconeri qu'on en oublierait presque qu'il a défendu les couleurs d'un autre club au début de sa carrière, et pas qu'un peu: à Parme durant six ans, de 1995 à 2001. Alors que les rumeurs de transfert ont envoyé Buffon à Manchester (City et United) durant l'automne, le portier turinois émet ainsi un signe fort de son adoration pour la Juve. Et à quasiment 33 ans (il les fêtera vendredi), un âge pas si avancé pour un gardien de ce niveau, Buffon se prépare encore quelques saisons au plus haut niveau. Del Neri: "Je ne vois pas qui peut jouer à sa place" Le plus beau compliment est probablement venu de son entraîneur Luigi Del Neri, après la victoire devant Bari en Serie A il y a dix jours (2-1): "Quand Buffon est bien, je ne vois pas qui peut jouer à sa place, avec tout le respect que j'ai pour nos autres gardiens. Storari pourrait jouer pour la Squadra Azzurra, mais il y a le numéro un devant lui." Plus qu'une louange, c'est une assurance tous risques de conserver sa place dans le but juventino, tant que Del Neri sera en place bien sûr. Mais Del Neri ou pas, Buffon n'a pas vraiment besoin de se soucier de l'identité de son coach pour être certain de jouer, de toute façon. En tout cas, Marco Storari a apprécié la sortie de son coach à sa juste valeur, clamant immédiatement ses envies de départ à ses dirigeants, après un intérim plus que correct durant la première partie de saison. Mais avec Buffon, un intérim reste un intérim, quoi qu'il arrive. Simplement, le deuxième gardien de la Juve a eu la malchance de tomber sur une hiérarchie bien établie et un des meilleurs gardiens de tous les temps devant lui. Il n'y a pas que Del Neri qui le dit, même les statistiques parlent pour Buffon. Ce dernier vient en effet d'être désigné par la Fédération internationale des statistiques de football (IFFHS) meilleur gardien de la dernière décennie, devant Casillas et Cech. Si même les chiffres s'y mettent...