Brunel: "faire le doublé"

  • A
  • A
Brunel: "faire le doublé"
@ Maxppp
Partagez sur :

TOP 14 - Le coach catalan se livre avant la demi-finale face à Toulouse.

TOP 14 - Le coach catalan se livre avant la demi-finale face à Toulouse.Jacques, dans votre volonté d'inscrire l'Usap dans la continuité au plus haut niveau, vous abordez ces demi-finales en tant que champions de France et n°1 de la saison régulière. N'est-ce pas une première forme d'aboutissement ?Oui, c'est l'objectif après le titre. Il est toujours difficile d'enchaîner une deuxième saison de suite au plus haut niveau et de s'installer dans un tel niveau de performance. C'était notre challenge, il a été atteint cette saison avec plus ou moins de bonheur parce qu'on a connu tout de même quelques petits échecs ou contretemps que ce soit en championnat ou en Coupe d'Europe. Malgré tout, sur les rencontres de haut niveau et face aux équipes du haut de tableau, on a toujours su faire bonne impression et honorer notre titre. Il fut une époque peut-être pas si lointaine où ce type d'accrocs dans une saison aurait déstabilisé l'Usap et le groupe. Faut-il y voir une nouvelle maturité ?Oui, sans doute, cela va faire la troisième demi-finale que nous atteignons en trois ans, ce qui n'était jamais arrivé dans l'histoire du club. Donc c'est dans cette régularité que l'on doit s'installer, mais on va aller défier une équipe qui enchaîne sa dix-septième demi-finale de suite. Ça veut dire que nous avons acquis un petit peu d'expérience, on est content de jouer cette troisième demi-finale, mais on va jouer un redoutable adversaire, qui lui s'est installé à ce niveau depuis longtemps."Pour essayer de faire le doublé..."Toulouse, et Guy Novès évidemment, vous ressert sa sempiternelle ritournelle sur ses cas de conscience entre le Top 14 et la H-Cup. Là aussi, on sent que l'Usap n'est pas dupe, même détachée de ces débats...Nous sommes concentrés surtout sur notre performance et nos propres soucis, sur la composition de notre équipe à l'occasion d'un match éliminatoire, difficile, avec des garçons qui ont participé à l'aventure de toute une saison, il faut faire des choix. Pour essayer de faire le doublé, revenir en finale d'une année sur l'autre... On n'a pas de soucis de plus haute importance, en tout cas pas de ceux qui accaparent notre adversaire, qui doit choisir de ne pas s'user pour jouer deux compétitions à la fois. C'est un luxe que l'on n'a pas...De votre côté, votre préparation tient de l'inédit avec ces trois semaines de repos entre votre 32e et dernier match de la saison et cette demi-finale. Comment l'avez-vous gérée ? On a fait le mieux possible en sachant qu'on avait bien évidemment l'ambition de se classer parmi les deux premiers (en saison régulière). Donc on a entrepris un travail physique relativement lourd et surtout relativement tard en même temps que le championnat pour justement se préparer à cette période-là de trois semaines en espérant que la fraîcheur de ces quinze jours de repos allait être plus importante que d'avoir à disputer un 33e match, qui nous aurait préparé à un 34e. On espère être dans le vrai... Mais nul ne le sait puisqu'on est dans une configuration inédite."Je ne crois absolument pas que Toulouse se soit usé"Selon vous, il n'y a donc pas un risque lié à un éventuel manque de rythme qui pourrait guetter votre équipe...Non, pas de rythme parce que ça ne se joue pas sur les qualités physiques. Ce n'est pas d'avoir fait un match de plus qui va nous mettre en pleine forme. On est sur un match éliminatoire, il est question de détermination, toutes les qualités vont être exacerbées tant au niveau physique, technique que mental. Et surtout pouvoir ce jour-là présenter notre meilleur visage et remporter cette partie. Je ne pense pas qu'avoir joué un match de plus nous aurait été plus bénéfique, en revanche, j'aurais même plutôt pensé que ça aurait été un handicap. Mais de la façon dont l'a joué le Stade Toulousain (face à Castres), c'est-à-dire en ne le jouant qu'un quart d'heure, je ne pense pas que ça ait usé les organismes. Je ne crois absolument pas que Toulouse se soit usé dans cette partie qu'il a mené à sa guise dès le premier quart d'heure, même s'il y a eu quelques sursauts castrais, il n'y a pas de gros engagement physique, pas beaucoup de temps de jeu, ni de grosses séquences, peut-être un peu de chaleur, mais sans que ce soit un facteur déterminant. Donc on espère qu'en contrepartie, la fraîcheur que l'on aura accumulée sera un petit atout en termes de tonicité et de vitesse.Il n'y a donc pas de risques selon vous chez vos joueurs d'un quelconque relâchement lié à ce supposé surplus de fatigue chez les Toulousains, qui pourraient aligner certains de leurs Espoirs ?(agacé) Mais tout ça, mes joueurs, comme moi-même, savons très bien que c'est un jeu pour les journalistes, qui vont faire quelques articles pour vendre du papier pendant deux ou trois jours, c'est là le seul intérêt de cette rhétorique. Mais on sait très bien ce qui se passera ce week-end, dès vendredi, quand l'arbitre siffle.