Brive, cerise sur le Munster ?

  • A
  • A
Brive, cerise sur le Munster ?
Partagez sur :

Samedi, Brive accueille le Munster en quart de finale du Challenge européen. Un match déséquilibré sur le papier, mais que les Corréziens abordent libérés et surtout rassurés par leur succès face à La Rochelle en Top 14 la semaine passée, qui leur assure quasiment une place parmi l'élite la saison prochaine. Après des mois de lutte, pourquoi ne pas s'offrir une fin de saison heureuse ?

Samedi, Brive accueille le Munster en quart de finale du Challenge européen. Un match déséquilibré sur le papier, mais que les Corréziens abordent libérés et surtout rassurés par leur succès face à La Rochelle en Top 14 la semaine passée, qui leur assure quasiment une place parmi l'élite la saison prochaine. Après des mois de lutte, pourquoi ne pas s'offrir une fin de saison heureuse ? "J'espère qu'on aura la chance du débutant." En quelques mots, Ugo Mola a résumé le sentiment qui parcourt les rangs corréziens depuis quelques jours. Trop occupés à assurer leur maintien en Top 14, les Brivistes ne semblaient pas réellement s'être projetés vers ce quart de finale qui se profile, samedi, sur la pelouse d'Amédée-Domenech. Et pour cause: sans le précieux succès face à La Rochelle (26-9), son premier poursuivant en championnat, samedi dernier, la venue du Munster en terre corrézienne aurait fortement ressemblé à un cadeau empoisonné, une embûche de plus dans une saison qui n'en a jusqu'alors guère manqué. Mais voilà, la zone rouge est désormais à neuf points, un gouffre que l'on imagine mal comblé en trois journées restantes. Alors, Claassen et consorts se prennent au jeu de ce quart de finale de la "petite" Coupe d'Europe, face à une équipe qui ne l'est pas. Car le Munster, ce sont deux titres en H-Cup, glanés en 2006 et 2008, et une expérience énorme sur la scène continentale, symbolisée par le seul Ronan O'Gara, qui connaîtra samedi son 199e match sous le maillot de la Red Army. Un vrai parfum européen donc, que les joueurs du CABC hument désormais avec envie. Et il y a de quoi. En remportant le Challenge européen, l'une comme l'autre des deux formations se hisserait parmi le cercle très fermé des équipes ayant remporté les deux Coupes d'Europe, rejoignant ainsi les Wasps, Bath et les Northampton Saints. En très bonne compagnie donc. Palisson et Estebanez, le baroud d'honneur Pour autant, la tâche briviste ne s'annonce pas des plus aisées. Le Munster est un confortable leader de la Ligue celte, et a encore emmagasiné de la confiance en s'imposant pour la première fois en six matches face à son rival honni, le Leinster, la semaine passée (24-23). Le Leinster, qui renvoie en Corrèze à de douloureux souvenirs d'une double confrontation en H-Cup il y a deux saisons, la venue de la province irlandaise à Amédée-Domenech s'étant soldée par une cinglante défaite (13-36). Dès lors, le moindre petit signe favorable est le bienvenu côté français. Comme celui de voir Ronan O'Gara, le visage visiblement marqué par la forte chaleur corrézienne et surtout touché à un oeil le week-end dernier, rater ses tentatives lors de la prise de marques à l'échauffement vendredi après-midi... Il en faudra certainement plus pour se hisser en demi-finale. Compter, par exemple, sur l'envie de bien faire d'Alexis Palisson et Fabrice Estebanez, tous deux en pleine bourre, et désireux de quitter le club briviste sur une bonne note. Quitte à se reposer aussi, un peu, sur la chance du débutant.