Brive a vendu chèrement sa peau

  • A
  • A
Brive a vendu chèrement sa peau
Partagez sur :

Il n'y aura pas deux clubs Français en finale du Challenge européen. Si Clermont et le Stade Français se défieront dans le dernier carré pour tenter d'obtenir leur billet pour le Cardiff City Stadium, le 20 mai prochain, l'autre demi-finale mettra aux prises le club anglais des Harlequins aux Irlandais du Munster, tombeurs samedi des Brivistes à Amédée-Domenech (37-42).

Il n'y aura pas deux clubs Français en finale du Challenge européen. Si Clermont et le Stade Français se défieront dans le dernier carré pour tenter d'obtenir leur billet pour le Cardiff City Stadium, le 20 mai prochain, l'autre demi-finale mettra aux prises le club anglais des Harlequins aux Irlandais du Munster, tombeurs samedi des Brivistes à Amédée-Domenech (37-42). Libéré depuis sa victoire du week-end dernier face à La Rochelle (26-9), qui lui assure quasiment sa place en Top 14 la saison prochaine, Brive accueillait sans pression le Munster samedi après-midi en quarts de finale du Challenge Européen. Face à l'une des plus belles armadas de la scène continentale, les Corréziens ont défendu chèrement leur peau mais se sont heurtés au réalisme des Irlandais (37-42), qui rejoignent dans le dernier carré les Harlequins, tombeurs la veille des Wasps (32-22). Le début de match avait laissé craindre le pire pour le CAB avec deux essais inscrits d'entrée par Doug Howlett et Keith Earls (0-12, 1e et 4e), qui ont su prendre de vitesse la défense adverse. Mais les hommes d'Ugo Mola prennent peu à peu la mesure de leurs adversaires et Mathieu Bélie ouvre le compteur des siens sur pénalité (3-12, 10e), avant que Retief Uys, puis Fabrice Estebanez n'inscrivent deux essais plein de fougue pour les Brivistes (17-12, 17e et 21e). Parti sur les chapeaux de roues, le rythme de la rencontre ne faiblit pas et Howlett s'offre un doublé à la suite d'une perte de balle de Gerhard Vosloo à l'entrée de ses 22 m (17-19, 22e). Les locaux atteignent toutefois la pause avec un mince avantage, grâce à une nouvelle pénalité de Bélie (20-19, 36e). Palisson: "On voulait mettre en place ce jeu-là en début de saison" Mais, comme en début de match, Brive, malgré un autre coup de pied de Bélie (23-19, 44e), va connaître un trou d'air au retour des vestiaires. A la relance depuis ses 22, Howlett accélère, laisse sur place Uys et Bélie et sert Earls pour le quatrième essai irlandais (23-26, 47e). Le coup est rude pour les Corréziens qui ne sont pas au bout de leur peine, car, Chris Stringer, à peine entré en jeu, profite d'un coup de pied de Sam Tuitopu pour franchir à son tour la ligne (23-33, 51e). Trois pénalités de Ronan O'Gara donnent un avantage que l'on croit définitif aux visiteurs (23-42, 53e , 66e et 68e), mais les locaux n'ont pas pour autant renoncé et jettent leurs dernières forces dans la bataille. Aliexis Palisson chipe dans son camp une passe de Nial Ronan et file à l'essai (30-42, 68e). La victoire devient même possible lorsque Shaun Perry profite d'une belle prise de balle en touche de Vosloo pour inscrire le quatrième essai des siens (37-42, 79e). Un essai, même non transformé, suffit désormais aux Brivistes pour égaliser, mais, malgré une énorme débauche d'énergie, le CAB gâche sa dernière cartouche d'un en-avant. Un scénario qui laisse des regrets à Alexis Palisson. "On peut avoir des regrets, car avec une entame de match et de seconde période comme ça. On échoue à cinq petites longueurs et on a la balle de match, alors que les rouges étaient fatigués. On est toutefois heureux de notre prestation (...) On voulait mettre en place ce jeu-là en début de saison, mais on n'avait pas vraiment réussi jusqu'à présent. Là, on s'est trouvé, on a produit du jeu, réussit à passer les bras et à trouver du soutien dans l'axe", a ainsi confié l'international tricolore pour qui le principal objectif est désormais d'assurer le maintien du CAB au sein de l'élite. Une seule victoire pourrait suffire au bonheur des Corréziens qui affronteront Biarritz, Montpellier et Agen lors des trois dernières journées.