Brawn GP, l'incroyable saison

  • A
  • A
Brawn GP, l'incroyable saison
Partagez sur :

FORMULE 1 - Retour sur l'incroyable saison de Brawn GP, auteur du doublé constructeurs/pilotes cette saison.

Un conte de fées. Pas sûre de pouvoir débuter la saison et à la recherche d'un repreneur, l'écurie Brawn GP a finalement vécu une saison hors du commun. Grâce à une solidarité sans faille et au travail effectué la saison passée, Ross Brawn et ses hommes ont signé un incroyable doublé avec les titres constructeurs et pilotes.Des premiers essais privés survolés à la surprise générale en avant-saison jusqu'aux deux titres de champion du monde acquis sur la piste d'Interlagos, il y a un monde que Brawn GP a su dompter avec maestria. Une saison pleinement réussie marquée par sept victoires, dont trois doublés, des développements qui ont permis à l'équipe de rester sur le haut de la vague et des stratégies de course remarquables. Ross Brawn, l'homme qui est à l'origine de tout cela peut se montrer particulièrement fier du travail accompli. Et nul doute que les difficultés initiales ont joué un rôle prépondérant pour la motivation, le dévouement et l'implication des équipes durant toute la saison.L'union fait la forceL'intégration d'un moteur McLaren Mercedes dans une monoplace travaillée en 2008 sous la houlette de Honda aura également été un facteur déterminant. Les développements apportés tout au long de la saison, les tactiques de course de maître Ross leur ont permis de faire une grosse partie de la différence. Le reste, Jenson Button et Rubens Barrichello l'ont réalisé en piste, répondant aux nombreuses critiques qui n'ont pas manqué de les accompagner, notamment durant une saison 2008 passée en fond de grille. Pas facile... Les deux ont montré qu'en leur donnant un bolide digne de ce nom, ils étaient capables de briller. Les deux ont fait preuve d'une complicité remarquable jusque dans les derniers instants, travaillant main dans la main afin de faire progresser leur monoplace. Et si Barrichello a parfois eu la sensation que son coéquipier était privilégié en début de saison, cela ne l'a pas empêché de rester gonflé à bloc tout au long de l'année. Grand seigneur, et malgré l'immense déception d'avoir cédé le titre chez lui à Interlagos malgré sa pole position, il n'a pas hésité, par exemple, à mettre à disposition son jet privé afin que Button puisse fêter son titre avec toute l'équipe avant de rejoindre Londres. La grande classe. Un symbole de plus de l'union d'une équipe. Un petit groupe qui a mis le monde à ses pieds. Chapeau.