Brahimi: "On peut faire nettement mieux"

  • A
  • A
Brahimi: "On peut faire nettement mieux"
Partagez sur :

Yacine Brahimi est l'une de des révélations du début de saison tonitruant du Stade Rennais, leader du championnat avant la 9e journée de Ligue 1 ce week-end. Le jeune milieu de terrain profite de la confiance accordée par Frédéric Antonetti aux jeunes du club pour s'imposer et obtenir un temps de jeu conséquent... Du haut de ses 20 ans, Brahimi savoure cette chance en progressant à grande vitesse.

Yacine Brahimi est l'une de des révélations du début de saison tonitruant du Stade Rennais, leader du championnat avant la 9e journée de Ligue 1 ce week-end. Le jeune milieu de terrain profite de la confiance accordée par Frédéric Antonetti aux jeunes du club pour s'imposer et obtenir un temps de jeu conséquent... Du haut de ses 20 ans, Brahimi savoure cette chance en progressant à grande vitesse. Yacine, vous réalisez un bon début de saison, au point d'obtenir un nouveau statut au sein du club, comment l'appréhendez-vous? Ce n'est pas très difficile à vrai dire. Pour être franc, je vois cette exposition médiatique comme un élément qui doit me permettre d'aller encore plus de l'avant, de faire encore mieux pour continuer à progresser et évoluer. Il y aura toujours de la pression, c'est le monde du football qui veut ça. Le plus dur, ce sera de confirmer. Il s'agit pourtant de votre première saison au sein du groupe professionnel, à quoi vous attendiez vous ? En début de saison, Frédéric Antonetti m'avait fait savoir qu'il allait compter sur moi cette saison, mais je ne pensais pas que ce serait le cas aussi rapidement, et surtout autant. Mais, dans le fond, c'était l'un de mes objectifs donc je ne vais pas me plaindre. Je voulais réellement intégrer l'équipe première, c'est fait, maintenant il faut que je parvienne à y rester et à m'y imposer. "Gagner des titres avec le club" D'autant que le centre de formation du club a pris l'habitude de sortir de bons joueurs, parfois même internationaux (comme Gourcuff, Briand ou M'Vila) Le plus important pour moi, ce n'est pas tellement que le centre de formation sorte des joueurs de qualité mais bien que l'équipe première les utilise. Franchement, de voir aujourd'hui qu'il y a pas mal de jeunes qui ont réussi à intégrer l'effectif professionnel, c'est encourageant. D'autant plus que les résultats suivent puisque nous sommes leaders du championnat après huit journées. Quand on est encore au centre de formation et que l'on voit cette réussite, ça nous pousse à aller encore plus loin, à travailler plus pour devenir suffisamment bon et être repéré. Si c'est le cas, on sait qu'on aura notre chance. Avez-vous déjà des idées sur la suite de votre carrière ? Pour le moment, j'avance au jour le jour. Au fond de moi, évidemment, j'ai des objectifs, mais je viens de prolonger au Stade Rennais donc je ne cherche pas à me projeter ailleurs. Maintenant, on sait que, dans le football plus qu'ailleurs, tout peut aller très vite. Je sais que je suis déjà sollicité, il faut apprendre à vivre avec ça quand on est dans le milieu. Mais, actuellement, je ne m'intéresse pas à ça et je laisse mes représentants s'occuper de ça. Moi, bon but, c'est progresser à Rennes et gagner des titres avec ce club. A votre avis, qu'est ce qui a changé depuis la saison dernière, même si vous étiez prêté l'an passé? Je n'étais pas à Rennes car prêté à Dijon mais je suivais de très près les résultats de l'équipe. Et, pour moi, ce qui a changé, c'est avant tout la gestion des matches. L'an passé, des rencontres contre Sochaux ou Nice, que l'on a remportées cette saison, on les aurait sans doute perdues, ou en tout cas on ne les auraient pas gagnées. Au niveau de la détermination et de la patience, on a progressé. Mais, à mon sens, dans le jeu, on peut faire nettement mieux. Il y a eu cette saison un match où on a très bien joué, c'était face au Losc, mais après, c'était par intermittences. Il y a eu 30 bonnes minutes contre le PSG, vingt minutes à Nancy, ... "Beaucoup ont de réelles qualités offensives" Mais le club ne dispose pourtant que d'un seul attaquant de pointe, Victor Hugo Montano, comment le vivez vous? On a la chance de disposer, et c'est un élément important, de joueurs qui sont adroits devant le but, qu'ils soient milieux de terrain ou joueurs de couloirs. En fait, notre vraie force, c'est cela, c'est que beaucoup des joueurs de l'effectif ont de réelles qualités offensives, ce qui nous permet d'être plus réalistes, quel que soit le joueur qui termine l'action, même si ce n'est pas un buteur à proprement parler. La chance qu'on a à Rennes, c'est qu'on est tous très polyvalent. Cette polyvalence serait donc une spécificité rennaise? Oui, j'en suis sûr. Pour ma part, lorsque j'étais à Clairefontaine, je ne bougeais jamais de ma position axiale. Et, quand je suis arrivé à Rennes, j'ai appris à jouer à droite, à gauche, et même dans une position reculée au milieu de terrain ou derrière un attaquant de pointe. Il m'est aussi arrivé de jouer en 6... Je ne dis pas que ça été facile à accepter, mais j'aime le foot et il me semble que ça fait partie des concessions à faire pour pouvoir exister et progresser. Ou se situent alors les lacunes qui vous empêcheraient de viser le titre ? Une plus grande maîtrise de nos matches. Sur les 90 minutes d'un match, et si on compare au rendement des grandes équipes comme Lyon ou Marseille, il nous reste pas mal de progrès à faire dans ce domaine.