Braga, l'histoire continue

  • A
  • A
Braga, l'histoire continue
Partagez sur :

Le FC Porto et le Benfica Lisbonne pourraient ne pas être les seules équipes portugaises qualifiées pour le dernier carré de la Ligue Europa. En obtenant le nul (1-1) à l'aller en Ukraine, Braga a pris une option sur la qualification à valider jeudi à domicile, où les hommes de Domingos Paciencia sont irrésistibles, lors des quarts de finale retour de la compétition.

Le FC Porto et le Benfica Lisbonne pourraient ne pas être les seules équipes portugaises qualifiées pour le dernier carré de la Ligue Europa. En obtenant le nul (1-1) à l'aller en Ukraine, Braga a pris une option sur la qualification à valider jeudi à domicile, où les hommes de Domingos Paciencia sont irrésistibles, lors des quarts de finale retour de la compétition. Le Dynamo Kiev fera-t-il aussi bien que son voisin ukrainien du Shakhtar Donetsk, seule équipe à s'être imposée à Braga cette saison sur la scène européenne ? C'était lors de la deuxième journée de la phase de poules de la Ligue des champions et le club portugais, balayé à domicile (0-3) après avoir déjà pris l'eau à Arsenal (0-6) lors de la première journée, était alors promis à la dernière place du groupe H pour sa première expérience dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Depuis ce triste soir de septembre, le Sporting Clube, qui avait créé la sensation en éliminant le FC Séville lors du tour préliminaire de la Ligue des champions (1-0, 4-3), a gagné ses quatre matches européens à domicile pour se hisser jusqu'en quarts de finale de la Ligue Europa. Si au rayon de ses victimes, le Partizan Belgrade (2-0) en Ligue des champions et le Lech Poznan en Ligue Europa (2-0) ne sont pas des foudres de guerre, Braga peut se targuer d'avoir battu dans son stade municipal, construit à l'occasion de l'Euro 2004 (30 000 places), et Arsenal (2-0) en Ligue des champions (2-0), et Liverpool (1-0) en huitièmes de finale de la Ligue Europa. Deux performances qui ont permis de placer dans la lumière ce club du nord du Portugal, actuellement troisième de son championnat, derrière le FC Porto, déjà sacré, et Benfica, le tenant du titre déchu, mais devant le Sporting Lisbonne, le troisième pilier du football lusitanien. Sans défense, tout pour l'attaque Preuve de sa montée en puissance sur la scène nationale, Braga, déjà vice-champion du Portugal la saison dernière derrière Benfica, a aujourd'hui l'occasion d'accompagner les deux grands clubs du pays dans le dernier carré de la Ligue Europa. Forts de leur résultat nul acquis à l'aller (1-1), grâce notamment à un but contre son camp marqué par Vukojevic, Alan, le meilleur buteur du club dans la compétition (5 buts), et ses coéquipiers n'auront besoin que d'un 0-0 au retour ce jeudi pour se qualifier pour les demi-finales. "Nous ne jouerons pas le 0-0", a d'entrée coupé Domingos Paciencia, l'entraîneur de Braga, convoité par le Sporting, mercredi en conférence de presse, rapporte les médias lusitaniens. "Nous jouons toujours pour gagner. Les Ukrainiens le savent parce que notre équipe joue toujours de la même manière. On ne change de stratégie qu'en fonction de l'adversaire, pas du résultat. Notre résultat à l'aller est positif et nous pourrions le gérer. Mais nous allons jouer à domicile, devant nos supporteurs, et nous savons que nous avons la qualité pour passer ce tour. Nous allons tout faire pour que ce moment devienne historique pour le football portugais." Braga, qui n'avait jamais été plus loin que les huitièmes de finale de la Coupe de l'UEFA par le passé (lors des saisons 2006-2007 et 2008-2009), devra cependant se méfier d'une équipe ukrainienne qui n'aura "besoin que d'un but" pour se qualifier comme aime à le rappeler Vukojevic, le buteur malheureux contre son camp à l'aller. D'autant qu'avec les absences de Kaka et Miguel Garcia, suspendus, mais aussi de Rodriguez et Elderson, blessés, l'équipe portugaise sera fortement affaiblie, notamment en défense où les seuls Filho et Silvio seront fidèles au poste. Une obligation de plus de tout jouer pour l'attaque.