Braga, c'est carré !

  • A
  • A
Braga, c'est carré !
Partagez sur :

Confirmant le bon nul acquis en Ukraine à l'aller (1-1), le Sporting Braga a logiquement éliminé le Dynamo Kiev jeudi soir, en quarts de finale retour de la Ligue Europa au terme d'un nouveau nul sur la pelouse portugaise (0-0). Rapidement réduit à dix, le Sporting a totalement muselé une équipe de Kiev sans ressort, se qualifiant pour la première demi-finale européenne de son histoire.

Confirmant le bon nul acquis en Ukraine à l'aller (1-1), le Sporting Braga a logiquement éliminé le Dynamo Kiev jeudi soir, en quarts de finale retour de la Ligue Europa au terme d'un nouveau nul sur la pelouse portugaise (0-0). Rapidement réduit à dix, le Sporting a totalement muselé une équipe de Kiev sans ressort, se qualifiant pour la première demi-finale européenne de son histoire. Arrête-moi si tu peux ! Intraitable à domicile depuis le début de sa campagne européenne, à l'exception d'un raté contre Donetsk en phase de poules de la Ligue des champions (0-3), Braga a confirmé jeudi soir son statut de bourreau des gros. Après Séville, Arsenal, le Partizan Belgrade, le Lech Poznan puis Liverpool, c'est au tour du Dynamo Kiev de repartir de l'Estadio Municipal la tête basse. Dans cette enceinte aux deux hautes tribunes latérales mais sans spectateurs derrière les buts, qui avait déjà causé une certaine surprise lors de l'Euro 2004, les Ukrainiens n'ont jamais paru en mesure d'inverser la tendance après un nul malheureux concédé à l'aller, suite à un but contre son camp de Vukojevic. L'équipe dirigée par le Russe Yuri Semin est même apparue totalement impuissante par moments. A dix pendant une heure... Et à son exploit, Braga a ajouté la prouesse d'avoir évolué en infériorité numérique durant plus d'une heure de jeu, après l'expulsion stupide de son latéral droit Paulo Cesar. Peu inquiété, Braga voit son défenseur tacler de manière plus que virile le milieu Yarmolenko, ce dernier s'écroulant avant de se tordre de douleur (29e). Les images sont implacables, le latéral brésilien n'y étant pas allé de main morte. Et si l'arbitre, le Suédois Jonas Eriksson, peine à ramener le calme puisque la partie vire à la bagarre générale, l'expulsion est bel et bien inévitable. Inquiet, Domingos Paciencia, l'entraîneur de Braga, ne change pourtant rien à ses plans. Grand bien lui en prend, son collectif fournissant des efforts énormes tout en se créant les occasions les plus nettes du match. Shovkovsky doit s'employer sur une frappe lourde de Lima, parti dans un superbe raid tout en résistant parfaitement à Leandro Almeida (50e). Le même Lima part encore au but moins d'un quart d'heure plus tard, mais sa frappe croisée passe cette fois à distance du montant droit de l'expérimenté gardien ukrainien (63e). Défendant avec le coeur et ses dernières jambes, Braga tient jusqu'au bout, rassuré aussi par le deuxième carton jaune reçu tardivement par le latéral gauche ukrainien Popov (89e). Et les "Minhotos" d'entrer pour la première fois dans le dernier carré d'une compétition européenne... Le club du nord du Portugal peut rêver d'un voyage à Dublin pour la dernière marche. Mais gare à Benfica... Son prochain adversaire, pour un duel fratricide, est sans doute prévenu et plus à même d'éviter le piège.