Boulogne-Nantes, c'était nul

  • A
  • A
Boulogne-Nantes, c'était nul
Partagez sur :

Boulogne-sur-Mer est toujours invaincu en Ligue 2 mais ne gagne toujours pas. Opposée à Nantes ce lundi au stade de la Libération, en ouverture de la 11e journée, l'USBCO a concédé son neuvième match nul de la saison (0-0) au terme d'une rencontre assez terne. Les Canaris, désormais septièmes du classement, s'en contentent.

Boulogne-sur-Mer est toujours invaincu en Ligue 2 mais ne gagne toujours pas. Opposée à Nantes ce lundi au stade de la Libération, en ouverture de la 11e journée, l'USBCO a concédé son neuvième match nul de la saison (0-0) au terme d'une rencontre assez terne. Les Canaris, désormais septièmes du classement, s'en contentent. On ne change pas une équipe qui ne gagne pas. C'est apparemment la philosophie de jeu de l'entraîneur boulonnais, Laurent Guyot, lequel a enregistré un neuvième match nul en championnat pour onze rencontres disputées cette saison. En neutralisant le FC Nantes sur ses terres (0-0) ce lundi en match avancé de la 11e journée de Ligue 2, au terme d'une rencontre pour le moins insipide avec peu d'occasions de buts à se mettre sous le dent, l'USBCO a conforté sa série d'invincibilité et a ainsi rallié temporairement le huitième rang du général, à une longueur derrière son adversaire du soir. Les Canaris confirment quant à eux leur bonne passe actuelle en enchaînant un quatrième match sans défaite. Avec un match à disputer tous les trois jours, Baptiste Gentili avait décidé de remanier son onze de départ face à Boulogne en se passant des services de William Vainqueur, laissé au repos, et de Stéphane Darbion, rétrogradé sur le banc de touche. Le physique au détriment du technique, c'est assurément l'option choisie par le coach de la Maison Jaune avec la titularisation de la paire Djilobodji-Ba dans l'entrejeu, destinée à casser le rythme de Boulogne-sur-Mer sur son pré de la Libération. Libérés, les Canaris le sont en ce début de premier acte. Plus incisifs, les coéquipiers d'Aurélien Capoue effectuent un pressing relativement haut destiné à empêcher les locaux de construire sereinement leurs offensives. Les Canaris se rebiffent... en vain Mais si les Nantais paraissent plus en jambes que leur adversaire du soir, ce sont les Boulonnais qui se créent la première occasion de but par l'intermédiaire de Yatabaré qui, à l'issue d'un une-deux inspiré avec Thil, voit son ballon caresser le montant droit de Guy-Roland N'Dy Assembe (16e). Amorphes sur ce coup-là, les Nantais font parler leur attentisme quelques minutes plus tard lorsque l'intenable Yatabaré décide de remettre à contribution l'ancien portier du VAFC d'une frappe sèche (20e). La réaction des Ligériens, aussi timide soit-elle intervient à la 34e minute de jeu avec Soumaré tout près de tromper la vigilance de son propre gardien de la tête. Une occasion qui scelle le sort de ce premier acte dans lequel aucune des deux formations n'est parvenue à débloquer la situation. Au retour des vestiaires, les Nantais prennent le jeu à leur compte et bousculent le dispositif tactique en place de l'USBCO. Plus agressifs dans la conquête du cuir, à l'image de Lionel Carole percutant depuis son flanc gauche, les Canaris retrouvent de l'allant et de la générosité avec un indéniable désir de forcer le destin le plus rapidement possible. Le jeune Loïc Négo, champion d'Europe des moins de 19 ans, est même tout près de convertir l'une des rares situations dangereuses de ce match en but à l'heure de jeu (60e). Néanmoins, si les rentrées coup sur coup de Deblé et Darbion apportent de la fraîcheur au collectif nantais, elles ne permettent pas au FCN de surprendre la formation de Laurent Guyot qui touchera même du bois avec Lachor dans les tous derniers instants de la rencontre (90e). Boulogne et Nantes se quittent sur ce score nul et vierge qui n'arrange véritablement aucune des deux écuries en lice pour espérer accrocher un billet pour l'élite la saison prochaine. Pour cela, il faudra montrer davantage dans les rendez-vous à venir.