Bouhail: "Rompre le signe indien"

  • A
  • A
Bouhail: "Rompre le signe indien"
Partagez sur :

Absent depuis janvier dernier en raison d'une opération à l'épaule, Thomas Bouhail s'est livré pour nous sur les Championnats du monde qui débutent lundi à Rotterdam. Le champion d'Europe du saut de cheval s'accorde à dire que le concours par équipes reste l'objectif de la compétition. Même si l'échec londonien de 2009 reste en travers de la gorge, les gymnastes français veulent marquer les esprits avant ceux de Tokyo en 2011, qualificatifs pour les JO de Londres.

Thomas Bouhail est de retour. Absent depuis janvier dernier en raison d'une opération à l'épaule, le Français s'est livré pour nous sur les Championnats du monde qui débutent lundi à Rotterdam. Le champion d'Europe du saut de cheval s'accorde à dire que le concours par équipes reste l'objectif de la compétition. Même si l'échec londonien de 2009 reste en travers de la gorge, les gymnastes français veulent marquer les esprits avant ceux de Tokyo en 2011, qualificatifs pour les JO de Londres. Vous étiez en stage à Bourges, comment s'est déroulé la préparation ? Tout s'est bien passé. Nous étions tous réunis au Creps de Bourges car il y a de bonnes infrastructures que ce soit pour la gymnastique ou pour la récupération. Il y avait une bonne ambiance dans le groupe et nous avons fait du bon travail. Nous sommes partis sereins pour ces Championnats du monde en espérant que cela va continuer jusqu'à la fin. Comment abordez-vous ces Mondiaux de Rotterdam ? On les aborde comme chaque compétition que ce soit un championnat de France ou un championnat d'Europe avec l'envie de réussir. Même si ce Mondial n'est pas déterminant, on espère se classer parmi les 24 nations présentes l'année prochaine aux Championnats du monde de Tokyo qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Londres.. Le spectre de Londres ne plane-t-il pas sur ces Mondiaux pour l'équipe de France ? Oui, forcément l'échec des Mondiaux de l'année dernière est encore présent dans nos esprits. A Rotterdam, il faudra rompre avec le signe indien. Selon vous, les Français ont-ils une chance de briller aux Pays-Bas? L'objectif commun est de se qualifier pour la finale par équipes afin d'être présent parmi les huit meilleures nations. Sur le plan individuel, Benoit Caranobe et moi-même viseront la finale du saut de cheval. Hamilton Sabot ambitionne une belle place aux barres parallèles et Cyril Tommasone tentera d'atteindre celle du cheval d'arçon. Par ailleurs, Gael Da Silva peut-être un bon prétendant au sol. "Hamilton Sabot et Cyril Tommasone, piliers de cette équipe" Vous étiez absent depuis janvier dernier en raison d'une opération de l'épaule. Avez-vous retrouvé toutes vos sensations à l'heure de disputer ces Mondiaux ? C'est vrai qu'après mon opération à l'épaule, les championnats du monde n'étaient pas un objectif. Je voulais revenir en fin d'année pour me préparer pour les Championnats d'Europe de 2011. Ma convalescence s'est bien passée. J'ai pu reprendre vite pour être prêt pour les tests de préparation aux Mondiaux. Après neuf mois, ma douleur à l'épaule est encore là mais cela devrait revenir doucement. Vous êtes l'un des leaders de la délégation tricolore, est ce que cela vous met-il une pression supplémentaire ? Non, je ne pense pas que Benoit Caranobe ou moi-même ayons plus de pression que les autres. C'est vrai que nous avons plus de vécu et que nous voulons revivre à nouveau des moments comme ceux-là. Mais on ne peut pas dire que nous sommes les leaders de cette équipe de France. Je pense plus tôt que les leaders sont les généralistes avec un Hamilton Sabot ou un Cyril Tommasone qui restent les piliers de cette équipe. Selon vous, en l'absence de Yann Cucjerat, l'équipe de France apparaît-elle plus affaiblie ? Cela ne nous perturbe pas mais c'est vrai qu'une compétition sans Yann Cucherat, c'est un peu bizarre. Mais on lui souhaite de se remettre de ses petits pépins pour profiter pleinement de sa famille. "Se qualifier directement pour les Jeux Olympiques" Thomas, ces Championnats du monde sont-ils si importants ? Oui, il est important car il est toujours qualificatif pour les prochains Championnats du monde. Il faut commencer à marquer les esprits des juges dès cette compétition. Cela veut-il dire que que les Mondiaux de l'année prochaine sont plus décisifs ? Oui, car c'est une qualification pratiquement directe pour les Jeux Olympiques. Seul les huit meilleures nations composteront leur billet pour Londres. Si on veut se qualifier dès les Mondiaux de 2011, nous devrons absolument faire partie de ces huit là. Sinon nous serons dans l'obligation de nous qualifier lors d'autres compétitions avec le risque d'une non participation aux Jeux Olympiques de Londres. Thomas, est-ce que vous pensez déjà aux Jeux de Londres ? Oui, la médaille olympique reste l'objectif de tous les gymnastes. On a tous envie de les faire ou de les refaire. Mais pour y arriver, il faudra passer par ces Championnats du monde et par ces Championnats d'Europe.