Bouhail remplit son contrat

  • A
  • A
Bouhail remplit son contrat
Partagez sur :

Champion du monde en titre, Thomas Bouhail a décroché un deuxième titre européen au saut de cheval ce dimanche à Berlin. Le Français devance un autre Bleu, Samir Aït Saïd, et le Russe Anton Golotsutskov, déjà battu à Rotterdam en 2010. Le Francilien entre un peu plus dans l'histoire de la gym française et poursuit sa préparation pour les Jeux Olympiques de Londres où il visera l'or, huit ans après le sacre d'Emilie Le Pennec aux barres asymétriques.

Champion du monde en titre, Thomas Bouhail a décroché un deuxième titre européen au saut de cheval ce dimanche à Berlin. Le Français devance un autre Bleu Samir Aït Saïd et le Russe Anton Golotsutskov, déjà battu à Rotterdam en 2010. Le Francilien entre un peu plus dans l'histoire de la gym française et poursuit sa préparation pour les Jeux Olympiques de Londres où il visera l'or, huit ans après le sacre d'Emilie Le Pennec aux barres asymétriques. Après Rotterdam, Thomas Bouhail a survolé Berlin. Champion du monde en octobre dernier aux Pays-Bas, le Français a repris sa couronne européenne ce dimanche dans la capitale allemande, un an après une blessure à l'épaule droite. L'opération qui en avait découlé l'avait privé de Birmingham où il devait défendre le titre obtenu à Milan en 2009, son premier dans cette discipline. C'est dire le goût de "revanche" qui l'habitait, comme il nous le confiait avant la compétition. Quatrième samedi au sol, un agrès où il avait remporté l'argent en 2007 à Amsterdam, Bouhail s'était dit déçu... Une nuit a donc suffi à le remobiliser sur son agrès fétiche, celui où il avait glané l'argent olympique à Pékin. D'autant que ces championnats étaient plus qu'une répétition: "Au saut de cheval, le niveau européen est le même que le niveau mondial", expliquait le premier champion du monde français de l'ère moderne. "Tous les meilleurs athlètes sont européens, hormis un Coréen qui se détache du reste de l'Asie, donc je considère vraiment ces "Europe" comme un test grandeur nature, où je vais me mesurer aux meilleurs sauteurs mondiaux". Trois médailles pour les Bleus, comme prévu. Le chef de file de la délégation française n'a pas craqué, s'imposant grâce notamment à un premier passage parfaitement maitrisé avec son fameux Tsukahara double salto arrière carpé, récompensé par une note de 16,500 points. Trois dixièmes de mieux que son rival russe, Anton Golotsutskov, habituellement placé en embuscade mais donc déjà contraint à l'exploit sur le deuxième passage. Le vice-champion du monde s'y cassera les dents, pénalisé d'un dixième, et crédité de 15,950. Suffisant pour permettre à Samir Aït Saïd de le doubler grâce à un très bon deuxième saut, évalué à 16,325. Bouhail gérant parfaitement (16,225), les Bleus s'offrent un joli doublé. Plus que jamais lancé sur la route de Londres, Bouhail peut envisager la suite de la saison avec sérénité même si le calendrier reste soumis à quelques aléas. Les Mondiaux, qualificatifs pour Londres, auront-ils bien lieu à Tokyo à l'automne prochain malgré la crise que traverse le pays actuellement ? En attendant la réponse, capitale pour programmer la préparation olympique, le DTN, Daniel Goury, peut être satisfait puisque ces deux médailles, ajoutées à celle de Cyril Tommasone médaillé d'argent samedi aux arçons, lui permet d'atteindre l'objectif fixé: "Raisonnablement, j'attends trois médailles, notamment chez les garçons", prévoyait le patron de la gym française avant le début de la compétition. Ce dimanche a donc tout du contrat rempli pour les Bleus.