Boston s'offre un match décisif

  • A
  • A
Boston s'offre un match décisif
Partagez sur :

La Stanley Cup se décidera sur l'ultime match des finales mercredi ! Lundi lors du match 6, Boston a égalisé à 3-3 en battant Vancouver 5-2 pour une troisième victoire «à la maison». Reste que pour espérer conquérir un trophée que les Bruins n'ont plus remporté depuis 1972, il faudra aller gagner à l'extérieur mercredi...

La Stanley Cup se décidera sur l'ultime match des finales mercredi ! Lundi lors du match 6, Boston a égalisé à 3-3 en battant Vancouver 5-2 pour une troisième victoire «à la maison». Reste que pour espérer conquérir un trophée que les Bruins n'ont plus remporté depuis 1972, il faudra aller gagner à l'extérieur mercredi... Pour la sixième fois lors des dix dernières années, il faudra attendre le septième et dernier match des Finales de la NHL pour savoir quel camp choisira la Stanley Cup. Lundi à Boston, Vancouver a confirmé ses difficultés à briller loin de ses terres, encaissant la «moins lourde» de ses trois défaites subies depuis le début des finales, un revers 5-2 qui fait suite au 8-1 du 6 juin et au 4-0 du 8 juin. Il aura suffi d'un tiers-temps, le premier, pour que ce match 6 bascule, avec un sévère 4-0 encaissé lors des vingt minutes initiales par des Canucks aux abonnés absents. C'est Marchand qui a frappé le premier au bout de 5'31, imité 35 secondes plus tard par Lucic, Ference et Ryder corsant l'addition avant le repos, pour un total de quatre buts encaissés en 4'14, dont trois par l'infortuné Roberto Luongo, resté seulement 8'35 dans les buts des Canucks avant d'être remplacé par Cory Schneider qui limitera la casse, même s'il prendra le quatrième but de Boston juste après son entrée en jeu. La prestation de Luongo aura d'ailleurs alimenté les discussions d'après-match, Alain Vigneault, le coach de Vancouver, tentant de défendre son gardien titulaire. "Je n'ai pas grand-chose à dire, c'est un professionnel, sa préparation a été irréprochable et il sera prêt pour le match 7. Ce sont des choses qui arrivent, on ne peut rien faire, on a déjà tourné la page." Du côté des Bruins, l'ambiance était évidemment tout autre, Marchand se réjouissant notamment de l'état d'esprit de guerriers affiché par ses coéquipiers: "Nous voulions être sûrs que quitte à mourir, autant mourir en se battant", expliquait ainsi le premier buteur du match, tandis que Mark Recchi, auteur de trois passes, ajoutait: "Je suis fier des gars. Nous étions dos au mur, nous avons sorti une très grosse première période et fait ce que nous devions faire, cela donne un match 7, tout se joue sur un match maintenant." Tout se jouera effectivement mercredi à Vancouver dans une ambiance qui, à n'en pas douter, sera bouillante.