Boston s'offre la finale !

  • A
  • A
Boston s'offre la finale !
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Les Celtics battent le Magic et sont en finale.

NBA - Les Celtics battent le Magic et sont en finale.Jamais deux sans trois... La rengaine ne s'est pas vérifiée, la nuit dernière dans le jardin de Boston. Défaits deux fois à domicile lors de ces play-offs 2010, les Celtics n'ont pas flanché vendredi soir à l'heure de conclure la série finale de la conférence Est aux dépens du Magic. Un Magic qui ne deviendra donc pas la première franchise de l'histoire à remonter un handicap de trois revers initiaux pour finalement s'imposer. On ne la fait pas, manifestement, à la plus titrée des structures NBA. Cette formation de grands bonhommes verts qui dans quelques jours partira à l'assaut de son 18e sacre – en 21 finales. Une référence !A tel point qu'il n'y a pas eu l'ombre d'un suspense, vendredi, dans le Garden. Crédités de onze longueurs d'avance dès la fin du premier quart-temps (30-19), les Celtics ont ensuite pu gérer les débats, portant l'estocade dans un troisième acte conclu sur la marque sans appel – et sans espoir pour les Floridiens - de 82-61. La faute à ce fameux Big Three qui déjà en 2008 avait porté Boston au sommet. La faute, surtout, à un Paul Pierce déchainé, certifié coupable pour ce coup de grâce asséné à Orlando du haut de ses 31 points, 13 rebonds et 5 passes en 45 minutes. Robinson à la hauteur de RondoUn peu plus en retrait, Ray Allen (20 points et 4 rebonds en 38 minutes) et Kevin Garnett (10 points et 5 rebonds en 33 minutes) - celui-là même qui avait tant manqué aux champions sortants l'an dernier, alors écartés au meilleur des sept matches par le Magic – n'en ont pas moins été décisifs. Même constat pour ce qui est de Nate Robinson, pari audacieux et décrié de Doc Rivers à son arrivée en provenance de New York cet hiver et suppléant précieux d'un Rajon Rondo branché sur courant alternatif du fait de ses douleurs dorsales. En témoignent les 13 points en autant de minutes de l'ancien Knick quand le meneur en chef s'est contenté de 14 points et 6 passes en trois fois plus de temps.Un collectif efficace, donc, mais également une défense de fer, telles auront été les clefs pour Boston de ce match 6 à sens unique. Les Bobcats et les Hawks peuvent en attester, eux qui avaient été balayés 4-0 par Orlando aux deux tours précédents: le Magic est sans doute la franchise la plus redoutable en matière de shoot extérieur. Or, vendredi, comme lors des trois premiers chocs de cette finale de conférence, les Floridiens n'ont pu faire honneur à leur réputation. Si Dwight Howard a bien trouvé le moyen d'inscrire 28 points, agrémentés de 12 rebonds, les troupes de Stan Van Gundy n'ont pu s'exprimer dans leur domaine de prédilection, cantonnées à un piètre 27% de réussite hors du cercle. Reste à savoir si les Lakers ou les Suns sauront faire mieux...