Boston s'offre Cleveland !

  • A
  • A
Boston s'offre Cleveland !
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Vainqueur 4-2 de sa série face aux Cavs, Boston se hisse en finale de Conférence.

NBA - Vainqueur 4-2 de sa série face aux Cavs, Boston se hisse en finale de Conférence.Boston-Cleveland 94-85Les Celtics remportent la série 4-2.La chasse au Roi est ouverte! Et si les Cavaliers sont désormais éliminés, Cleveland n'en continuera pas moins ainsi de faire l'actualité tout au long des prochaines semaines. Car LeBron James a peut-être fait ses adieux aux Cavs lors de ce sixième match perdu à Boston. En fin de contrat, King James sera en effet l'objet de toutes les convoitises durant l'été et l'épicentre de la foire aux agents-libres, New York, Chicago ou Miami espérant notamment le convaincre de ne pas rempiler dans l'Ohio. Et le MVP de la Ligue pourrait être d'autant plus enclin à prêter une oreille attentive aux différents prétendants que cette élimination face aux Celtics lui a peut-être permis de toucher du doigt les limites des Cavaliers. A moins que ce ne soit les siennes...Car si les Cavaliers ont été incapables de renverser la situation dans le Massachussetts, la faillite d'un Antawn Jamison, auteur d'un famélique 2 sur 10 aux tirs pour 5 points-5 rebonds, la discrétion d'un Anthony Parker, 7 points et 4 tirs tentés au compteur en 30 minutes, ou le manque d'impact du banc – Z Ilgauskas, Anderson Varejao ou Delonte West compilant 13 points, soit autant que Rasheed Wallace chez les Celtics – y sont évidemment pour beaucoup. Mais paradoxalement, LeBron James a eu beau signer un dernier triple-double pour la route avec 27 points, 19 rebonds et 10 passes au compteur, sa maladresse synonyme d'un piètre 8 sur 21 aux tirs et de 9 pertes de balle ont également pesé dans la défaite...Rondo-Garnett, ticket gagnantEt montré qu'un seul joueur, aussi fort soit-il, ne saurait suffire dans la conquête du titre. Notamment lorsqu'il s'agit de se mesurer à un collectif aussi performant que celui des Celtics. Kevin Garnett peut bien en témoigner. "Je lui ai juste dit 'Garde la tête haute. Je suis passé par là moi aussi. Tu auras un avenir très, très, très brillant. Continue à travailler et prend les bonnes décisions pour toi et ta famille'" a ainsi expliqué KG. L'intérieur des Celtics parle en connaissance de cause après être resté plus d'une décennie chez les Wolves sans atteindre les Finals NBA et remporter le titre dès sa première saison dans le Massachusetts.Et Garnett and co de pouvoir rêver à une nouvelle consécration, le Magic, auteur de deux sweeps depuis le début des playoffs étant leur dernier obstacle sur la route des Finals. Face à des Floridiens euphoriques, il faudra évidemment que les Celtis affichent la même verve collective. Car si Boston a tant dominé la meilleure équipe en saison régulière, c'est bien grâce à sa puissance de frappe. En atteste le scénario du match 6. Ray Allen a eu beau baisser d'un ton après avoir enchaîné les performances de choix depuis le début de la série, Paul Pierce a eu beau devoir composer avec les fautes et une certaine maladresse si ce n'est au coeur du troisième quart pour inscrire deux tirs primés synonymes de premier grand écart pour les C's, les troupes de Doc Rivers ont pu compter sur Rajon Rondo et Kevin Garnett pour maîtriser les débats. Les deux hommes y sont en effet allés de leur double-double, le jeune meneur rendant 21 points-12 passes tandis que l'intérieur vétéran confirmait son retour au premier plan en compilant 22 points-11 rebonds... Ajoutez-y un Rasheed Wallace sortant du banc pour prendre une nouvelle faute technique et, surtout, participer à hauteur de 13 points et le compte des Cavaliers était bon. D'autant plus que l'ancien Piston s'est notamment fendu d'un tir primé particulièrement précieux alors que deux flèches à trois points décochées coup sur coup par LeBron James venaient de permettre aux Cavs de revenir à quatre longueurs. En vain, la domination des Celtics étant trop prégnante pour autoriser tout espoir de retour à leurs visiteurs. Cleveland avait bien résisté jusqu'à la pause, le temps que Boston trouve la mire à longue distance après avoir manqué ses sept premières tentatives derrière l'arc. Mais une fois l'adresse retrouvée, Boston n'a pas eu à forcer pour sonner la fin de saison des Cavaliers et de LeBron James.