Boston perd la tête

  • A
  • A
Boston perd la tête
Partagez sur :

Deux de chute pour les Celtics! Après une défaite, samedi, à Chicago, Boston s'est cette fois incliné face aux Rockets, s'inclinant 102-108 après avoir lâché prise dans le dernier quart d'heure. Une défaite non sans conséquence puisque les Celtics ont du coup abandonné leur statut de leader de la Conférence Est au profit de Miami et de son Big Three, en tête grâce à leur série de neuf succès consécutifs.

Deux de chute pour les Celtics! Après une défaite, samedi, à Chicago, Boston s'est cette fois incliné face aux Rockets, s'inclinant 102-108 après avoir lâché prise dans le dernier quart d'heure. Une défaite non sans conséquence puisque les Celtics ont du coup abandonné leur statut de leader de la Conférence Est au profit de Miami et de son Big Three, en tête grâce à leur série de neuf succès consécutifs. Le match de la nuit A l'instar de Mavericks à la peine depuis la blessure de Dirk Nowitzki, les Celtics pourraient toujours se réfugier derrière l'absence d'un Kevin Garnett, sur le flanc depuis deux semaines. Mais cinq jours après un succès de prestige contre les Spurs, le revers concédé face à des Rockets privés, eux, de leur meilleur marqueur Kevin Martin et toujours en quête d'un premier succès en 2011, fait forcément tâche. Doc Rivers l'admettait d'ailleurs sans peine à l'issue de la rencontre, l'entraîneur des Celtics pointant en effet du doigt le manque d'efforts de ses troupes. «Les joueurs n'ont jamais montré qu'ils voulaient cette victoire. Il n'y avait aucune intensité dans notre jeu et les Rockets en voulaient plus que nous. Leur victoire est méritée.» pouvait souffler Doc après coup. Les 53% de réussite collective des Texans font en effet forcément tâche, Aaron Brooks en profitant notamment pour terminer meilleur marqueur de la rencontre avec 24 points à 8 sur 15 aux tirs dont 5 sur 8 à trois points et sept Rockets terminant avec plus de dix points au compteur. C'en était trop pour les Celtics en dépit des 19 points de Ray Allen et Marquis Daniels ou des 16 points de Paul Pierce. Au contact trois quart-temps durant, les joueurs au trèfle ont cédé en cinq minutes à l'entame du dernier quart, encaissant notamment un 7-0 conférant dix longueurs d'avance à leurs visiteurs. Les Celtics ont eu beau tenté un rapproché dans les ultimes minutes, Boston signant un 8-0 grâce à Pierce et Allen, deux derniers lancers de Brooks scellaient définitivement le succès des Rockets. Et Doc Rivers goûtait d'autant moins cette défaite qu'elle coûte aux Celtics leur fauteuil de leader de la Conférence est, Miami, fort de ses neuf succès de rang, les devançant désormais avec deux victoires d'avance (30-9 contre 28-9). "Il faut que les joueurs comprennent que chaque match est important et pas seulement les matches de playoffs, a ainsi commenté le coach de Boston, jouer un match 7 à l'extérieur est vraiment difficile, et pas seulement lors des Finals car la Conférence Est est très relevée cette saison. Si vous n'avez pas l'avantage du terrain cette année, vous allez vite rentrer à la maison." Un commentaire qui fait notamment référence au parcours des Celtics, la saison passée, Boston éliminant Cleveland et Orlando bien qu'ayant abandonné l'avantage du terrain lors d'une fin de saison régulière bâclée... Les Français de la nuit Avec seulement trois matches au programme de ce lundi, la colonie française n'a guère été mise à contribution. Seul Boris Diaw était en effet de sortie face aux Grizzlies et l'ancien Palois a fait du Diaw avec certes 6 points à 3 sur 6 aux tirs, 9 rebonds et 4 passes mais toujours cette influence sur le jeu des siens. Le Tricolore a d'ailleurs passé une soirée somme toute paisible puisque ses Bobcats ont profité de la visite des partenaires de Zach Randolph pour décrocher une troisième victoire consécutive (96-82), une première cette saison. Et si Charlotte a certes bénéficié d'un calendrier favorable, Memphis succédant à Washington et Philadelphie, il faut croire que le remplacement de Larry Brown par Paul Silas a eu de l'effet puisque les Bobcats en sont désormais à 5 victoires pour 2 défaites sous les ordres de l'ancien coach des Cavaliers. Les chiffres de la nuit 1000. Ils n'ont en effet été qu'un petit millier de spectateurs à assister à la victoire des Bobcats face aux Grizzlies. Et les résultats de la franchise de Caroline ne sont pas en cause puisque c'est la neige qui a empêché les fans de Charlotte à assister à la victoire de leurs protégés. Alors que plus de 10 000 tickets avaient déjà été vendus, la ville a en effet été prise dans une rare tempête de neige en fin d'après-midi et la plupart des routes menant à la Time Warner Cable Arena sont devenus impraticables. Si Matt Carroll, désigné pour lancer des t-shirts aux fans avant l'échauffement a eu du mal à trouver des spectateurs à qui les distribuer, il en aurait toutefois fallu plus pour perturber les protégés de Michael Jordan, Charlotte l'emportant 96-82 au terme d'un match maîtrisé de bout en bout. 1. Grande première pour Zach Randolph puisqu'après dix ans de carrière dans la Ligue, l'intérieur des Grizzlies a été élu joueur de la semaine dans la Conférence Ouest pour ses 28 points et 14,3 rebonds de moyenne et trois doubles-doubles en trois matches. Face aux Bobcats, Randoplh a d'ailleurs poursuivi sa série avec 15 points-15 rebonds. A l'Est, c'est un grand habitué qui a été mis à l'honneur puisque LeBron James a été désigné pour ses 33.3 points par match 9,5 rebonds, 6,3 passes et 2,25 interceptions de moyenne, Miami ayant enchaîné quatre victoires sur la semaine. 27. En difficulté lors des deux premiers quarts de leur confrontation face à Detroit, c'est en défense que les Bulls ont finalement construit leur victoire dans ce derby des Grands Lacs. Après avoir encaissé 30 points dans le seul deuxième quart, Chicago se retrouvant mené 43-55 à la pause, la défense des Bulls a ensuite limité les Pistons à seulement 27 points pour l'emporter 95-82 avec également 29 points de Derrick Rose et 27 points-11 rebonds de Carlos Boozer.