Boston désespère le Canada

  • A
  • A
Boston désespère le Canada
Partagez sur :

Le Canada attend toujours les successeurs du Canadien de Montréal, dernière équipe au pays du hockey, victorieuse de la Stanley Cup en 1993. Un titre qui a échappé aux Canucks de Vancouver, étrillés (0-4) mercredi, sur leur glace, dans le match 7 décisif de ces Finales, par des Bruins de Boston, dont le sixième sacre met fin à une disette de 39 ans.

Le Canada attend toujours les successeurs du Canadien de Montréal, dernière équipe au pays du hockey, victorieuse de la Stanley Cup en 1993. Un titre qui a échappé aux Canucks de Vancouver, étrillés (0-4) mercredi, sur leur glace, dans le match 7 décisif de ces Finales, par des Bruins de Boston, dont le sixième sacre met fin à une disette de 39 ans. C'est une longue disette, vieille de près de 40 ans, qui a trouvé son terme avec le sixième sacre des Boston Bruins, vainqueurs dans la nuit de mercredi à jeudi de leur sixième Stanley Cup grâce à un succès sans appel (4-0), le premier de cette série en déplacement, sur la glace de Vancouver dans le match 7 de ces Finales de la NHL. Première formation de l'histoire sacrée après trois victoires dans le match 7 durant les playoffs, la franchise du Massachussets, parmi les plus vieilles de la ligue nord-américaine - les Bruins font partir des "six équipes originales" aux côtés des Blackhawks de Chicago, des Canadiens de Montréal, des Maple Leafs de Toronto, des Rangers de New York et des Red Wings de Détroit- renoue enfin avec les sommets. Une fois encore, le meilleur joueur de cette série, le gardien vétéran des Bruins, Tim Thomas, aura su prolonger son état de grâce avec un blanchissage -le deuxième de ces finales- et 37 arrêts, Patrice Bergeron et Brad Marchand inscrivant chacun un doublé. Le Canada attend toujours les successeurs du Canadien de Montréal, dernière équipe au pays du hockey, victorieuse de la Stanley Cup en 1993. Thomas est lui l'incontestable héros de ce sacre, lauréat le plus âgé du Trophée Conn Smythe, qui récompense le MVP de ces Finales. "J'ai eu peur, je ne mens pas, commentera ce bourlingueur, habitué des ligues mineures, avant de forcer les portes de la NHL sur le tard en 2005. J'étais nerveux hier et aujourd'hui, et j'ai bluffé autant que j'ai pu, comme j'ai bluffé tout au long de ces Finales." Bluffant en effet comme ses 238 arrêts sur 246 tirs des Canucks, meilleurs attaque de cette saison de NHL, réduite à huit malheureux buts dans ces Finales 2011 ! Emeutes en centre-ville La désillusion est terrible pour ces Canucks de Vancouver qui, fondés en 1970, espéraient décrocher un premier titre. Un rêve a priori accessible puisqu'ils avaient remporté les deux premiers matches de la finale et conservaient encore l'avantage de la glace pour ce septième et dernier match. Une déception telle que des incidents ont éclaté à l'issue de la rencontre dans le centre de Vancouver, où plusieurs milliers de personnes avaient convergé dans l'espoir de fêter un titre. Sous le coup de la cinglante défaite, le rassemblement a tourné l'émeute, une voiture a été incendiée à proximité de la Rogers Arena, théâtre de ce match 7. Des radios locales ont signalé que des magasins avaient été pillés, obligeant la police à intervenir à coups de gaz lacrymogènes pour tenter de reprendre le contrôle de la situation. Au Canada, le hockey est décidément, si une preuve était encore nécessaire, bien plus qu'un sport.