Bordeaux veut frire les Merlus

  • A
  • A
Bordeaux veut frire les Merlus
Partagez sur :

Après une défaite inaugurale face à Saint-Etienne (1-2) concédée le week-end dernier, les Girondins de Bordeaux se doivent de réagir samedi, à l'occasion de la deuxième journée de Ligue 1. La tâche des hommes de Francis Gillot s'annoncent ardue, puisqu'un périlleux déplacement à Lorient, brillant vainqueur du PSG lors du premier acte (1-0), les attend.

Après une défaite inaugurale face à Saint-Etienne (1-2) concédée le week-end dernier, les Girondins de Bordeaux se doivent de réagir samedi, à l'occasion de la deuxième journée de Ligue 1. La tâche des hommes de Francis Gillot s'annoncent ardue, puisqu'un périlleux déplacement à Lorient, brillant vainqueur du PSG lors du premier acte (1-0), les attend. Le FC Lorient a débuté de la meilleure des manières la Ligue 1 version 2011-2012, en s'offrant le scalp d'un PSG tétanisé au Parc des Princes, samedi dernier (1-0). Profitant des errances défensives adverses, les Merlus ont fait admirer leur collectif huilé, assurément l'un des plus aboutis de l'Hexagone. Les départs de Gameiro (PSG), Amalfitano et Morel (Marseille) ont judicieusement été comblés par les arrivées de Coutadeur, Monnet-Paquet et Aliadière notamment. C'est d'ailleurs Julien Quercia, tout juste arrivé d'Auxerre, qui a inscrit le but de la victoire face au PSG. Si l'arrivée de Carlos Vela (Arsenal) n'en est pour l'heure qu'au stade de l'éventualité, les Bretons accueillent en pleine confiance Bordeaux, samedi au Moustoir pour la 2e levée du championnat. Des Girondins défaits le week-end dernier à Chaban-Delmas par une séduisante équipe de Saint-Etienne (1-2). Un revers qui a mis en lumière les carences tant défensives qu'offensives de la formation emmenée par Francis Gillot. L'ancien technicien de Sochaux peut se faire du souci, en atteste la nouvelle rechute physique de Marc Planus en défense et le forfait de Fahid Ben Khalfallah. Sur le papier, avantage net à Lorient, bien mieux rôdé en ce mois d'août qu'un club au scapulaire en pleine digestion d'une saison dernière mouvementée.