Bordeaux sur courant alternatif

  • A
  • A
Bordeaux sur courant alternatif
Partagez sur :

Depuis plusieurs mois, Bordeaux déçoit. A mi-saison, les Girondins ne sont que huitièmes avec 27 points en 19 matches (6 victoires, 4 défaites, 9 nuls). Même s'ils restent sur neuf matches sans défaite en L1, et s'ils ne sont qu'à cinq points du leader lillois, le malaise couve du côté aquitain. Pour atteindre l'objectif fixé par la direction, à savoir une place sur le podium, Bordeauxva devoir s'activer pendant le mercato hivernal.

Depuis plusieurs mois, Bordeaux déçoit. A mi-saison, les Girondins ne sont que huitièmes avec 27 points en 19 matches (6 victoires, 4 défaites, 9 nuls). Même s'ils restent sur neuf matches sans défaite en L1, et s'ils ne sont qu'à cinq points du leader lillois, le malaise couve du côté aquitain. Pour atteindre l'objectif fixé par la direction, à savoir une place sur le podium, Bordeaux va devoir s'activer pendant le mercato hivernal. Jean Tigana n'a pas eu la tâche facile pour ses premiers mois à Bordeaux. Sur la lancée d'une fin de saison 2009-2010 très décevante (21 points lors des matches retour), les Girondins peinent à se relancer, et sont branchés sur courant alternatif. C'est le niveau des joueurs qui est principalement montré du doigt. Des joueurs supposés bons, ceux-là même qui avaient gagné le titre en 2008-2009. Mais depuis précisément un an, certains sont méconnaissables. Où est passé Wendel, qui s'imposait techniquement au milieu et qui distillait à tout-va des coups-francs souvent décisifs ? Quid de Chalmé, autrefois capable de faire de bonnes montées accompagnées de centres au cordeau? Pourquoi Ciani, depuis sa sélection contre l'Espagne, n'arrive-t-il plus à enchaîner les bonnes performances ? Il faut dire que l'intersaison a été mouvementée sur les bords de la Gironde: des départs importants, alimentés de polémiques (Gourcuff qui délaisse le navire bordelais pour rejoindre Lyon à la fin de la 3e journée ; Chamakh sans cesse questionné sur son avenir en bleu et blanc avant de partir pour Arsenal ; Cavenaghi parti à Majorque alors qu'il briguait une place de titulaire), et de nouveaux joueurs qui peinent assurer la relève, à l'image d'un Modeste qui ne parvient pas à faire oublier Chamakh ; Ben Kalfallah, qui n'est plus le feu follet que l'on a connu à Valenciennes ; ou Maazou et Savic, tout simplement pas au niveau. Il est vrai que les blessures (Planus, Chalmé, Henrique...) et les suspensions (Diarra) ont pénalisé l'équipe. Mais le mal est peut-être plus profond. Jean Tigana, l'entraîneur bordelais, aurait ainsi menacé de démissionner à la mi-temps du dernier match contre Lens, lors de la 19e journée de L1, alors que ses troupes étaient menées 2-0: "Si on perd, je m'en vais", aurait-il alors déclaré selon Sud-Ouest. Des raisons d'y croire ? Malgré tout, des joueurs comme Cédric Carrasso, Fernando Menegazzo, Alou Diarra ou Jaroslav Plasil aident Bordeaux à se maintenir à flot. Ces quatre-là forment la colonne vertébrale de l'équipe au scapulaire: les arrêts de Carasso permettent bien souvent à Bordeaux de ne pas sombrer, le replacement de Fernando en défense centrale apporte de la stabilité en l'absence de Planus, Diarra soulage le milieu par son activité incessante et Plasil, auteur de 6 passes décisives, est devenu le leader technique de l'équipe depuis le départ de Gourcuff. Mais l'absence d'un seul de ces joueurs peut à tout moment mettre en péril l'équilibre bordelais. De plus, Bordeaux a parfois livré de grosses prestations, comme face à Paris (2-1), Lyon (2-0), Marseille (1-1) et contre le champion d'automne Lille (1-1). A la peine face aux "petits", les Bordelais répondent néanmoins présents devant les cadors du championnat cette saison. L'expérience est donc toujours là. Les Girondins ont par ailleurs fait preuve de caractère dans la plupart des matches où ils furent menés au score. En témoignent les neuf buts inscrits lors des cinq dernières minutes ou dans le temps additionnel. Le match nul face à Lens lors de la 19e journée est l'exemple le plus criant de cette combativité: bien que réduits à dix et menés 2-0 à la mi-temps, les joueurs de Jean Tigana avaient finalement réussi à décrocher le nul à Chaban-Delmas ce soir-là (2-2). Bordeaux a donc le potentiel pour retourner des situations bien mal embarquées, et s'est ainsi épargné nombre de défaites qui auraient pesé lourd dans la balance à l'heure d'un premier bilan déjà mitigé. Des revers, au final, l'équipe de Tigana n'en compte que quatre à son passif. Une autre raison de croire en de meilleurs lendemains... Pour cela, Bordeaux a tout intérêt à se montrer actif lors du mercato hivernal. Mais alors que les joueurs cadres de l'équipe, comme Diarra, se permettent d'élever la voix pour réclamer des renforts cet hiver, le président Jean-Louis Triaud persiste et signe dans les colonnes de Sud-Ouest: "Si tu es bien classé et que tu veux préserver un classement, tu peux recruter. Là, on est huitième, on doit se débrouiller avec ce que l'on a". Dans le même temps, il se murmure la possible arrivée de Kévin Gameiro, en provenance de Lorient. Une arrivée coûteuse qui pourrait être liée au départ éventuel de Diarra vers Manchester City, le capitaine girondin déplorant le manque d'ambition de ses dirigeants. L'ambiance en Aquitaine promet donc d'être chaude cet hiver encore.