Bordeaux gagne enfin

  • A
  • A
Bordeaux gagne enfin
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Bordeaux se relance difficilement devant Toulouse (1-0) lors de la 35e journée.

LIGUE 1 - Bordeaux se relance difficilement devant Toulouse (1-0) lors de la 35e journée.Encore traumatisés visiblement par leurs dernières prestations calamiteuses, les Bordelais ont beaucoup de mal à rentrer dans leur derby de la Garonne. Alors que les Girondins sont mathématiquement assurés de perdre leur titre depuis leur défaite à Valenciennes il y a dix jours, la réussite qui les fuyait tant refait quand même surface. Alors que les champions de France – encore pour deux semaines – ne montrent aucune initiative, Ciani ouvre la marque de la tête en reprenant au point de penalty un corner de Wendel, malgré les détentes conjuguées de Pelé et Didot sur la ligne (1-0, 17e). Et comme par miracle, face à un TFC tendre et pas forcément surmotivé par un enjeu inexistant, Bordeaux retrouve son football. La C1 reste à peu près en vueL'assistant lève son drapeau pour un hors-jeu de Sané loin d'être évident, alors que le défenseur marine et blanc avait repris victorieusement de la tête un nouveau coup franc de Wendel (34e). Bordeaux rentre aux vestiaires avec un peu plus de certitudes qu'au coup d'envoi et dès le début de la seconde période, Henrique gâche une immense occasion en préférant enchaîner derrière son amorti de la poitrine un ciseau bien compliqué au-dessus de la barre de Pelé (48e). Sans Gourcuff ni Fernando, les Girondins retombent tout de même dans leurs travers et ne jouent plus à partir de l'heure de jeu. Ramé doit se détendre pour enlever de sa lucarne le coup de canon de Tabanou (71e) et Ciani en fait de même devant Gignac de la tête, alors que l'attaquant toulousain n'avait plus qu'à pousser (85e).Sur une ultime et inattendue envolée collective des Girondins, Plasil entre dans la surface et tape sur le poteau droit après un premier duel remporté par Pelé, qui doit encore s'interposer sur la tête de Gouffran (86e). Une dernière chaleur pour les Toulousains, qui n'avaient de toute façon plus beaucoup de jus et surtout pas assez d'envie pour aller chercher autre chose. Ces Bordelais-là, encore une fois, étaient pourtant prenables.