Bordeaux freine l'OM

  • A
  • A
Bordeaux freine l'OM
Partagez sur :

Coup d'arrêt pour Marseille ! Après deux victoires face au PSG et à Caen, les Phocéens, émoussés après leur exploit de la semaine à Dortmund et tombés sur une équipe de Bordeaux compacte, ont concédé le nul 0-0 samedi soir pour le compte de la 17e journée de Ligue 1. Une mauvaise affaire comptable pour Marseille, relégué à onze points du duo de tête composé de Montpellier et du PSG.

Coup d'arrêt pour Marseille ! Après deux victoires face au PSG et à Caen, les Phocéens, émoussés après leur exploit de la semaine à Dortmund et tombés sur une équipe de Bordeaux compacte, ont concédé le nul 0-0 samedi soir pour le compte de la 17e journée de Ligue 1. Une mauvaise affaire comptable pour Marseille, relégué à onze points du duo de tête composé de Montpellier et du PSG. Marseille n'en pouvait plus ! Quatre jours après avoir arraché sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions à Dortmund (3-2), les Phocéens espéraient achever en beauté une quinzaine marquée auparavant par un capital succès face au PSG lors du Clasico (3-0), ce dernier bonifié lors de la journée suivante par une victoire à Caen (2-1). C'est raté, la faute à une usure physique certaine, mais également à une équipe de Bordeaux qui confirme son net regain de forme, elle qui a pris sept points sur ses trois derniers matches mais surtout, n'a pas encaissé de buts pendant ces 270 minutes de jeu, une grande première cette saison pour les hommes de Francis Gillot. Ces derniers se sont même créés en contre les meilleures occasions en fin de match, sans doute de quoi leur donner quelques regrets. Mais à l'arrivée, ce nul ne fait pas vraiment les affaires des deux formations qui n'avancent guère au classement, l'OM recule même d'un cran, huitième, dépassé par Saint-Etienne (Lorient pourrait également doubler les Phocéens en cas de succès dimanche sur Lyon), tandis que les Girondins sont provisoirement dixièmes. Mais c'est clairement Marseille qui fait la plus mauvaise opération du jour, les troupes de Didier Deschamps étant désormais reléguées à onze points du tandem de tête de la Ligue 1, Montpellier-Paris. Mandanda décisif devant Modeste Pour la réception des Girondins, le coach olympien avait décidé de récompenser Valbuena de son exploit allemand en l'alignant d'entrée dans un 4-2-3-1 offensif avec Rémy en pointe devant un trio Valbuena-Ayew-Amalfitano. Le lutin phocéen lui a plutôt bien rendu sa confiance car il aura été pendant ces 90 minutes très remuant, n'hésitant pas à défendre, parfois malheureusement comme sur ce tacle sur Plasil qui lui vaudra un avertissement en première période. Décidé à enchaîner un troisième succès de rang en Championnat, l'OM fait le jeu lors du premier acte, mais si les tentatives sont assez nombreuses, elles ne sont jamais dangereuses pour Carrasso qui ne voit pas un seul tir adverse accrocher son cadre, à l'image de cette reprise de Cheyrou, bien servi par Amalfitano, mais au-dessus (6e), occasion la plus chaude des 45 minutes initiales. Il faut attendre un lointain coup franc de Valbuena capté par Carrasso pour assister au premier tir cadré de l'OM (55e), et trois minutes plus tard, Rémy, en contre, voit sa tentative enroulée raser le poteau gauche bordelais (58e). A l'heure de jeu, malgré les premiers changements (Jordan à la place d'André Ayew, Kaboré à celle de Diarra, puis en fin de match Lucho à celle d'Amalfitano), Marseille commence nettement à tirer la langue, donnant quelques idées à des Girondins soudain plus incisifs. Après une première période passée à surtout défendre, les partenaires d'un Gouffran remuant pointent ainsi le bout de leur nez et se créent même des occasions nettes, par Jussiê d'abord, qui galvaude un bon service de Maurice-Belay en tirant au-dessus (81e), mais surtout par Modeste qui, au bout d'un beau mouvement, bute sur la parade de Mandanda, décisif (85e). Les dernières situations chaudes sont pour Valbuena et Lucho, mais elles manquent de conviction et c'est sur un 0-0 logique et décevant que Marseillais et Girondins se quittent...