Bordeaux, et pourquoi pas Cissé ?

  • A
  • A
Bordeaux, et pourquoi pas Cissé ?
Partagez sur :

Auteur d'une première moitié de saison décevante, Bordeaux, actuellement huitième de Ligue 1, espère repartir du bon pied après la trêve. Pour ce faire, les dirigeants girondins tentent de recruter coûte que coûte un attaquant. Si la piste Kevin Gameiro semble s'éloigner, le club au scapulaire s'est penché sur d'autres solutions et notamment sur celle menant à Djibril Cissé.

Auteur d'une première moitié de saison décevante, Bordeaux, actuellement huitième de Ligue 1, espère repartir du bon pied après la trêve. Pour ce faire, les dirigeants girondins tentent de recruter coûte que coûte un attaquant. Si la piste Kevin Gameiro semble s'éloigner, le club au scapulaire s'est penché sur d'autres solutions et notamment sur celle menant à Djibril Cissé. La première moitié de saison trop irrégulière des Girondins - huitièmes au classement de Ligue 1 à cinq points du leader lillois - a poussé les dirigeants bordelais à réagir. Si Nicolas De Tavernost, le PDG du groupe M6, le propriétaire du club, a demandé aux joueurs, cette semaine sur les ondes de Gold FM, la radio officiel des Girondins, de "se bouger les fesses" pour arracher une place en Ligue des champions à la fin de la saison qu'il estime vitale, le club est particulièrement actif sur le marché des transferts. Bordeaux est ainsi à la recherche d'un attaquant et serait prêt à débourser jusqu'à dix millions d'euros pour trouver la perle rare, malgré un déficit qui pourrait atteindre les 15 millions d'euros en fin de saison. Priorité de ce recrutement, Kevin Gameiro n'a pourtant pas encore rejoint le Haillan. Si son club, Lorient, a semble-t-il accepté l'offre du club au Scapulaire, l'international tricolore serait plutôt tenté par une aventure en Espagne, où le FC Valence lui fait les yeux doux. En cas d'échec sur le dossier Gameiro, Jean-Louis Triaud n'exclut pas une autre possibilité, lui qui est à la recherche d'un joueur "qui apportera quelque chose, qui ne sera pas un pari sur l'avenir, complémentaire avec les joueurs que nous avons actuellement", a-t-il confié à Sud Ouest. Une clause libératoire de 14 millions d'euros Djibril Cissé pourrait être celui-ci selon le président bordelais: "Il marque des buts mais il a un très gros contrat (au Panathinaikos, ndlr) même s'il semble prêt à faire des efforts pour se rapprocher de la France". Reste à savoir si le club grec, qui a fixé sa clause libératoire à 14 millions d'euros, laissera partir l'international tricolore, très prolifique depuis son arrivée à Athènes (44 buts en 70 matches). De plus, ce dernier n'est pas apparu particulièrement motivé à l'idée de rejoindre la Côte Atlantique. "Je suis très flatté que Bordeaux s'intéresse à moi", a notamment déclaré l'international tricolore à Sport Day. "Mais je suis sous contrat avec le Panathinaïkos et je ne pense pas à un départ. Je veux réussir encore de belles choses en Grèce". En cas d'échec, les Girondins pourraient activer d'autres pistes. Celle notamment menant au nancéien Youssouf Hadji, mais le club lorrain se montre trop gourmand selon Triaud: "Nancy demande 7 millions, c'est cher pour un joueur de 31 ans et c'est davantage un 9 et demi, pas tout à fait ce qu'on recherche". Sinon, Bordeaux suivrait aussi avec attention l'Auxerrois Ireneusz Jelen, qui revient tout juste de blessure, ou encore Florent Sinama-Pongolle, qui évolue au Real Saragosse. Affaire à suivre...