Bordeaux coule à pic

  • A
  • A
Bordeaux coule à pic
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Battu au Mans (1-2), Bordeaux voit peut-être s'envoler le titre.

LIGUE 1 - Battu au Mans (1-2), Bordeaux voit peut-être s'envoler le titre. Battu en finale de la Coupe de la Ligue par l'OM (1-3), éliminé en quarts de finale de la Ligue des champions par Lyon (2-3 sur l'ensemble des deux matches) et dépossédé de son fauteuil de leader en Ligue 1 après deux défaites consécutives face à Nancy (1-2) et le PSG (1-3), Bordeaux devait absolument réagir sur la pelouse du Mans, mercredi en match en retard de la 26e journée. Mais les Girondins se sont inclinés face à l'avant-dernier du championnat (1-2). Les hommes de Laurent Blanc, cinquièmes au classement avec toujours un match en retard, pointent désormais à neuf longueurs du leader marseillais, qui a dans le même temps arraché la victoire à Sochaux (1-0), en match en retard de la 30e journée. De leur côté, Arnaud Cormier et ses troupes, qui ont repris la 18e place à Boulogne-sur-Mer, conservent une toute petite chance de se maintenir. Pour ce déplacement à Léon-Bollée, le «Président» avait choisi de produire un électrochoc en se privant de plusieurs cadres. Si Alou Diarra, souffrant de douleurs aux ischio-jambiers droits, et Yoann Gourcuff, victime d'une entorse bénigne à la cheville, avaient été contraints de déclarer forfait, Marouane Chamakh et Michaël Ciani prenaient place sur le banc, laissant respectivement leur place à Fernando Cavenaghi et Henrique. Un pari payant puisque le défenseur brésilien profite d'un coup franc bien travaillé de Jaroslav Plasil pour ouvrir le score d'une tête puissante (1-0, 8e). L'erreur de Trémoulinas Mais signe de la fébrilité actuelle des Girondins, les Manceaux égalisent rapidement. Sur un corner tiré par Sébastien Corchia, Fousseyni Cissé profite de la sortie approximative de Cédric Carrasso, pour remettre le ballon en retrait de la tête. Anthony Le Tallec est à l'affût et sa frappe en pivot fait trembler les filets du but girondin déserté par son gardien (1-1, 17e). Les Bordelais tentent de repartir de l'avant mais les frappes lointaines de Ludovic Sané (36e) et Wendel (39e) sont détournées en corner par Didier Ovono, alors que les Sarthois vont de nouveau profiter d'une erreur individuelle pour prendre l'avantage. Sur un long centre venu de la gauche de Moussa Narry, Benoît Trémoulinas est seul à la retombée. Le latéral gauche girondin semble vouloir amortir mais manque son contrôle. Mathieu Dossevi en profite pour fusiller Carrasso à bout portant (1-2, 45e). La seconde période ne débute pas sous les meilleurs auspices pour les champions de France en titre, avec la sortie de Marc Planus, victime d'une élongation aux ischio-jambiers et remplacé par Michael Ciani, puis la blessure de Cédric Carrasso, touché au genou. Un véritable coup dur pour le staff girondin, puisqu'Ulrich Ramé, suspendu, et Abdoulaye Keita, victime d'une luxation de l'épaule face au PSG samedi, n'étaient pas là pour pouvoir assurer l'intérim. Plutôt que de faire entrer le quatrième gardien du club, Fabien Farnolle, Laurent Blanc et ses adjoints prennent le risque de laisser leur portier titulaire sur la pelouse. C'est donc bien de son but que Carrasso assistera aux grandes difficultés de ses coéquipiers, incapables, malgré les entrées de Yoan Gouffran et Chamakh aux alentours de l'heure de jeu, de déstabiliser une équipe mancelle, réduite à dix en fin de match suite au deuxième carton jaune récolté par Diawara pour un mauvais geste sur Henrique (83e). Le spectre d'une saison blanche, sans le moindre titre, se profile ainsi de plus en plus pour les Bordelais, qui devront prouver dès samedi face à Lyon, à Chaban-Delmas, qu'ils n'ont pas encore renoncé au titre ou au moins à accrocher une place qualificative pour la Ligue des champions.