Bordeaux, attaque en friche

  • A
  • A
Bordeaux, attaque en friche
Partagez sur :

Battu par Saint-Etienne dimanche (1-2), Bordeaux est dans le flou en ce début de saison. En pleine reconstruction après un exercice très décevant et le départ de nombreux joueurs, les Girondins suscitent des inquiétudes chez leurs supporters, notamment au sein d'une attaque particulièrement désoeuvrée. Mais les dirigeants ne semblent pas pour autant prêts à délier les cordons de la bourse.

Battu par Saint-Etienne dimanche (1-2), Bordeaux est dans le flou en ce début de saison. En pleine reconstruction après un exercice très décevant et le départ de nombreux joueurs, les Girondins suscitent des inquiétudes chez leurs supporters, notamment au sein d'une attaque particulièrement désoeuvrée. Mais les dirigeants ne semblent pas pour autant prêts à délier les cordons de la bourse. Excédés par une saison 2010-2011 bien triste, terminée à la septième place du classement, les supporters girondins ne sont peut-être pas au bout de leur peine. En effet, l'exercice 2011-2012 n'a pas vraiment débuté sous les meilleurs auspices pour le club au Scapulaire avec une défaite d'entrée de jeu dimanche au Stade Chaban-Delmas face à Saint-Etienne (1-2). Un premier résultat décevant qui a mis en exergue les limites de l'effectif bordelais, notamment dans le secteur offensif. Champions de France et vainqueurs de la Coupe de la Ligue lors de la saison 2008-2009, les Girondins semblent depuis inexorablement rentrer dans le rang et glisser vers le milieu de tableau du championnat. Alou Diarra, Ramé, Wendel, Fernando partis cet été, les héros de 2009 ne sont guère plus nombreux à demeurer dans l'effectif (Chalmé, Planus, Trémoulinas, Jussiê, Gouffran...), alors que les dirigeants se sont montrés très prudents sur le marché des transferts avec seulement deux arrivées (Maurice-Belay, Nguemo) et de nombreux joueurs rappelés de prêt (Bellion, Saivet, Abdou Traoré, Sertic...). Recrutement terminé ? Et à en croire Nicolas De Tavernost, le président du directoire de M6, l'actionnaire majoritaire du club, qui s'est exprimé à l'issue de la défaite face aux Verts, le mercato girondin est bel et bien fini: "il y a un effectif important à Bordeaux et nous ne sommes pas dans une nouvelle phase de recrutement". Mis devant le fait accompli, le nouvel entraîneur Francis Gillot ne peut que se plier à la volonté de ses dirigeants et devra donc faire avec les moyens du bord, mais ceux-ci apparaissent très limités, notamment en attaque. L'ancien coach de Sochaux peut compter sur de nombreux joueurs, mais qui n'ont guère convaincu ces derniers mois, voire ces dernières années, que ce soit sous les couleurs des Marine et Blanc ou en prêt: Anthony Modeste, Yoan Gouffran, Cheick Diabaté, Floyd Ayité, David Bellion, Henri Saivet. Revenu au club pour intégrer le staff technique, Lilian Laslandes, sera en charge du travail des attaquants. Mais cela sera-t-il suffisant pour permettre aux Girondins de retrouver leur efficacité d'un passé pas si lointain ? Les résultats de l'équipe lors des trois prochains matches (face à Lorient, Auxerre et Valenciennes) inciteront peut-être les dirigeants bordelais à mettre finalement la main au portefeuille.