Bordeaux a du coeur

  • A
  • A
Bordeaux a du coeur
Partagez sur :

FOOTBALL: Bordeaux a été tenu en échec sur sa pelouse par l'Olympique de Marseille dans le cadre de la 20e levée de Ligue 1.

Bordeaux et Marseille se sont neutralisés ce dimanche (1-1) dans l'antre de Chaban-Delmas en clôture de la 20e levée de Ligue 1. Réduits à dix à l'heure de jeu, les Girondins ont tenu la baraque en fin de rencontre.Jaroslav Pjanic avait prévenu. "C'est le premier match de championnat en 2010 donc nous allons essayer de réaliser beaucoup d'efforts afin de remporter le match". Et ces efforts, ils sont perceptibles dès le début de cette rencontre avec notamment un travail de récupération exemplaire des attaquants bordelais qui n'hésitent pas à revenir dans leur propre camp pour soutenir leurs défenseurs et relancer la machine girondine vers l'avant. Et si la domination de Gourcuff et consorts est incontestable en ce début de premier acte, les occasions se font rares, voire inexistantes si bien qu'à la demi-heure de jeu, hormis une frappe détournée de Ciani à la 6e et quelques frappes lointaines de Gourcuff et Wendel, il n'y pas grand chose à se mettre sous la dent. Les protégés de Laurent Blanc parviennent à développer leur jeu et à s'approcher de la surface de réparation adverse mais pêchent dans la dernière passe, la faute à une défense marseillaise bien regroupée qui fait bloc et qui empêche ses adversaires d'apporter du danger sur la cage de Steve Mandanda. Dès lors, les deux formations se dirigent vers la mi-temps sur ce score nul et vierge (0-0) au terme de 45 minutes relativement ternes, pouvait-on penser. Et pourtant, il ne fallait pas quitter les tribunes de Chaban-Delmas avant le coup de sifflet de M. Duhamel car à la 45e, à la suite d'un centre distillé par Ciani depuis son flanc droit, Chamakh et Mandanda se disputent un ballon aérien qui profite finalement à l'international Marocain dont la puissance et l'agressivité contraignent le portier tricolore à propulser le cuir dans ses propres filets (1-0). Cheyrou remet ses coéquipiers sur le droit cheminAu retour des vestiaires, les 22 acteurs reviennent sur la pelouse avec les mêmes intentions qu'en première période. Même si les Marseillais évoluent plus haut, ils ne parviennent pas à inquiéter l'arrière-garde bordelaise. Du moins, jusqu'à la 61e, et cette percée solitaire de Mamadou Niang, fauché à l'entrée de la surface par Marc Planus. La conséquence est irrémédiable. Positionné en tant que dernier défenseur, le joueur girondin est expulsé par M. Duhamel. Et la sanction aurait pu s'avérer plus lourde si le coup franc qui suit de Benoît Cheyrou ne s'était pas dérobé de quelques millimètres du cadre et avait fait mouche. Mais ce n'est que partie remise pour le milieu de terrain olympien qui conclut de fort belle manière un beau mouvement collectif marseillais à la 81e minute de jeu (1-1). A 11 contre 10, les protégés de Didier Deschamps poussent les Bordelais dans leurs derniers retranchements et assomment un leader impuissant qui a beaucoup donné mais qui n'a pu contenir la pression de ses adversaires plus longtemps. La fin du match est d'ailleurs particulièrement haletante. Les Phocéens assiègent littéralement une formation girondine aux abois mais qui tient malgré la fatigue due à son infériorité numérique depuis l'heure de jeu. Le score n'évoluera plus (1-1). Si Bordeaux a prouvé qu'il avait du coeur ce dimanche, l'OM a également démontré qu'il était disposé à ne rien lâcher dans ce championnat...