Boonen jette l'éponge

  • A
  • A
Boonen jette l'éponge
Partagez sur :

Autorisé à participer à la dernière minute au Tour de France, Tom Boonen aura finalement accumulé les galères. De crevaisons en chutes en passant par des problèmes de santé, le champion de Belgique a finalement préféré ne pas prendre le départ de la 15e étape, dimanche.

Autorisé à participer à la dernière minute au Tour de France, Tom Boonen aura finalement accumulé les galères. De crevaisons en chutes en passant par des problèmes de santé, le champion de Belgique a finalement préféré ne pas prendre le départ de la 15e étape, dimanche.Il aurait peut-être mieux fait de rester chez lui. Gentiment poussé dehors par Amaury Sport Organisation (ASO), la société organisatrice du Tour de France, qui, comme en 2008, ne souhaitait pas voir le Belge, contrôlé positif à la cocaïne pour la deuxième fois, ternir l'image de la Grande Boucle, Tom Boonen avait été tardivement autorisé par le CNOSF à prendre le départ à Monaco. Mais il était dit que cette édition 2009 ne serait pas son Tour. Dimanche matin, Patrick Lefévère, directeur sportif de la Quick Step, annonce que son coureur, malade, ne prendra pas le départ de la quinzième étape à Pontarlier.Après s'être battu devant les tribunaux pour en être, Boonen n'aura jamais pu défendre ses chances sur ce Tour de France. "Le problème, c'est que je n'ai pas eu le temps pour me concentrer vraiment sur la course, avouait-il avant le départ. Toute cette attente a été très longue et très pénible à vivre. Il me faudra certainement quelques jours avant de me mettre dans le rythme de la compétition. Mais je n'ai pas trop de raisons de m'inquiéter, ceux qui ont vu ma victoire au championnat de Belgique dimanche dernier savent que je suis en forme." Finalement, sa véritable forme, on ne la connaîtra jamais. Gêné par des douleurs abdominales avant la première étape à Monaco, embarqué dans une chute par Napolitano lors de la deuxième étape, piégé par une bordure pendant la troisième étape, victime d'une crevaison dans le final de la cinquième étape et d'une chute dans les rues de Barcelone dans la sixième, le sort s'est acharné sur le triple vainqueur de Paris-Roubaix.Rarement en mesure de disputer les sprints massifs, le champion de Belgique a obtenu son meilleur résultat à Saint-Fargeau, lors de la quatorzième étape. Une piètre seizième place, très loin de Cavendish, soit une performance à des années lumières de ce qu'il a réalisé par le passé, comme par exemple sur le Tour 2007, au terme duquel il avait ramené le maillot vert à Paris. De nouveau rattrapé par des problèmes digestifs, Boonen jette donc l'éponge avant le début des Alpes. A quoi bon, finalement ? Ses chances de briller sur cette fin de Tour se limitaient à la dernière étape à Paris, et on imaginait mal le Belge franchir les cols sans encombre et retrouver la lumière sur les Champs-Elysées en dominant Hushovd et Cavendish. Boonen va devoir se concentrer sur la suite de sa saison, et notamment les championnats du Monde à Mendrisio en Suisse, fin septembre. Déjà privé de Grande Boucle en 2008, le coureur de la Quick Step avait alors su rebondir et remporter deux étapes sur la Vuelta.