Bonnet triomphe à Limoges

  • A
  • A
Bonnet triomphe à Limoges
Partagez sur :

CYCLISME - Le Français William Bonnet a remporté la 2e étape de Paris-Nice.

CYCLISME - Le Français William Bonnet a remporté la 2e étape de Paris-Nice. Dans cette deuxième étape, direction plein Sud, on retrouvait les mêmes conditions piégeuses que la veille, à savoir vent, routes sinueuses et peloton nerveux. Mais ce mardi, le profil de l'étape offrait trois cols de troisièmes catégories. Et c'est avant même la première difficulté du jour, le col de Saint-Aignan, qu'un groupe de quatre coureurs emmenés par le Français Mongel (Saur-Sojasun) prend la poudre d'escampette après seulement quatre kilomètres de courses. Lui et ses compagnons d'échappés De Kort (Skil-Shimano), Mouris (Vacansoleil) et Finetto (Liquigas), tiennent plus de 176 kilomètres avant de se faire rejoindre. Mongel, encore lui, repart alors dans un baroud d'honneur de courte durée. Une mise en lumière de l'équipe Saur-Sojasun qui est venu sur ce Paris-Nice pour montrer le maillot en vue d'une sélection sur le prochain Tour de France. Mongel, premier français lors du prologue dimanche (13e), trois coureurs dans les vingt premiers, lundi à Contres, et revoilà une nouvelle fois Mongel aux avant-postes ce mardi. Il en profite par la même occasion pour s'emparer du maillot de meilleur grimpeur et pour effectuer un joli rapproché au classement général, revenant à la 17e place au classement général à la faveur des sprints modifications. Boom toujours leader Reste 15 kilomètres à effectuer. Le peloton groupé voit alors partir, dans la côte de Nieul, dernière difficulté de la journée, Cyril Gautier (BBox-Bouygues Télécom) qui compte à cinq kilomètres de l'arrivée 11" d'avance. Mais le parcours vallonné et les équipes de sprinteurs, pour qui cette étape reste la dernière réelle chance de victoire sur cette épreuve, en décident autrement. Et sous l'impulsion des Quick Step, le peloton arrivé groupé dans les faubourgs de Limoges. Cinq derniers kilomètres tourbillonnant qui provoque une chute dans le premier tiers du peloton, après la flamme rouge. Quatre coureurs tombent sur le macadam dont Casper (Saur-Sojasun), encore dans le bon coup, Tony Martin (Columbia) présent dans le final la veille et Grega Bole, deuxième de la première étape. Une chute qui sème le trouble dans un peloton arrive désorganisé dans la dernière ligne droite. Et c'est Leon Sanchez (Caisse d'Epargne), quatrième du classement général provisoire et vainqueur du Paris-Nice 2009 qui lance les hostilités. Il se fait contrer par Peter Sagan, le coureur de la Liquigas seulement âgé de 20 ans, cinquième du prologue, et à qui l'on promet un grand avenir. Mais à deux cents mètres de l'arrivée, William Bonnet bien calé dans les roues du Slovène déborde et va s'offrir sa première victoire depuis 2008, la première victoire française sur ce Paris-Nice et la troisième victoire de son équipe cette saison. Il devance Sagan sur la ligne, Leon Sanchez complète le podium. Cette étape, qui pouvait être piège pour le maillot jaune Lars Boom, a finalement rendu le verdict attendu. Une journée confortable pour lui et ses coéquipiers de la Rabobank, laissant le soin aux équipes de sprinteurs de faire le travail. Il conserve sa tunique ce mardi soir, avec 5" de Voigt et Leon Sanchez à 10", qui profite des bonifications de sa troisième place d'étape, pour endosser le maillot du classement par points et pour devancer Millar (Garmin), désormais quatrième à 13". La révélation de cette première partie de course, Peter Sagan s'empare de la septième place au classement général à 23" au nez de Leipheimer et Contador, huitièmes à 25". Demain, tout sera déjà remis en question en direction d'Aurillac puisque 208 kilomètres seront à parcourir avec au passage, trois cols de troisième catégorie puis trois cols de deuxième catégorie situés dans les 80 derniers kilomètres.