Bolt: "Je veux être une légende"

  • A
  • A
Bolt: "Je veux être une légende"
Partagez sur :

Fidèle à lui-même, Usain Bolt ne s'est pas tout à fait présenté à l'heure devant les journalistes, mercredi à Paris. A deux jours de la 8e étape de la Diamond League, au Stade de France, le Jamaïquain ne s'affole pas de son début de saison en demi-teinte et espère revenir petit à petit vers son meilleur niveau. Concentré sur Daegu, le triple recordman du monde (100 m, 200 m, 4x100 m) sait où il en est.

Fidèle à lui-même, Usain Bolt ne s'est pas tout à fait présenté à l'heure devant les journalistes, mercredi à Paris. A deux jours de la 8e étape de la Diamond League, au Stade de France, le Jamaïquain ne s'affole pas de son début de saison en demi-teinte et espère revenir petit à petit vers son meilleur niveau. Concentré sur Daegu, le triple recordman du monde (100 m, 200 m, 4x100 m) sait où il en est. Usain, vous êtes-vous bien remis du décalage horaire ? Avec l'expérience et les années, j'arrive à récupérer de mieux en mieux. En plus, j'étais à Londres ces derniers jours, donc tout va bien. Comment cela s'est-il passé à l'entraînement ces derniers temps ? On a regardé quelques vidéos avec mon coach, et on a travaillé ce qu'il fallait travailler, ça va mieux. Ce n'était pas assez fluide, pas assez relax comme avant. On a axé nos efforts là-dessus, notamment toute la partie de mise en action, qui n'était pas assez performante. "Si je remets tout dans l'ordre..." Quel est votre objectif à Paris ? C'est mon deuxième 200 m de l'année. On a travaillé ça avec mon coach, il m'a justement demandé de travailler à nouveau sur les bons gestes à effectuer pendant la course, d'être appliqué là-dessus. Si je remets tout dans l'ordre, le temps sera bon à l'arrivée. Vous allez retrouver Christophe Lemaitre sur ce 200 m. Il a fait quelques progrès ces derniers temps... C'est bien, je suis fier de lui, même si c'est quelque chose de logique. On attend beaucoup de cette confrontation. Là, ce sera sur 200 m, on va voir ce qui va se passer. A Lausanne, en 2009, j'étais en grande forme donc ce n'était pas évident pour lui. Mais il a fait des progrès, il a une bonne vitesse. Il fait le boulot, pas de problème. Qu'avez-vous pensé des sélections jamaïquaines et américaines, et notamment de la blessure de Tyson Gay ? Il a peut-être poussé un peu fort. Il était en position de faire de très bonnes performances, et je pense que c'est pour ça qu'il s'est blessé. Quand on revient de blessure, il faut d'abord penser à bien revenir, bien se préparer, et peut-être qu'il n'a pas pris le temps. Sinon, j'ai regardé les résultats, et les meilleurs sont là. Quant aux sélections jamaïquaines, j'ai regardé ça assis dans mon fauteuil et je suis très content, notamment des résultats des deux 100 m, puisque la plupart de mes partenaires d'entraînement se sont qualifiés pour les Mondiaux. Steve Mullings, Justin Gatlin et Dwain Chambers ne peuvent pas courir en Europe, à cause d'une règle qui interdit les athlètes déjà sanctionnés deux ans pour dopage de reprendre part à des meetings. Est-ce une double peine difficile à accepter, ou trouvez-vous ça normal ? Il y a des règles, moi je respecte. Après, peu importe contre qui je cours... S'ils sont à côté de moi dans les starting-blocks, je cours contre eux. Mais on doit respecter les règles. "J'ai mis la barre assez haute" Pourrez-vous gagner à Daegu sans être obligé d'être à votre meilleur niveau ? Je m'entraîne pour être au top là-bas. Ce n'est pas parce qu'un athlète est absent qu'on va se relâcher. Les autres courent vite, Asafa Powell, Steve Mullings... Il y aura sept autres coureurs avec moi à Daegu, ils seront tous très bons donc il faut que je sois au top de ma forme. Comment réagissez-vous aux critiques sur votre début de saison un peu moyen ? J'ai mis la barre assez haute, alors on attend beaucoup de moi. Mais maintenant, les gens réalisent aussi que revenir de blessure n'est pas aussi simple, même pour moi. Je continue de travailler, je sais ce que j'ai fait. Quand j'étais plus jeune, je me suis blessé et certains ont dit que je ne reviendrais plus, que c'était terminé. Je fais attention, je reviens doucement, et pour l'instant ce n'est pas si mal. 9"91, 19"86, les performances sont là... Mais il faut retrouver la grande forme. Tyson Gay ne sera donc pas aux Mondiaux, alors qu'une vraie rivalité vous opposait. Quels sont les objectifs désormais, notamment par rapport à vos trois records du monde ? Je ne me focalise pas sur un seul athlète. Comme je l'ai dit, d'autres courent très vite. Je veux continuer à gagner des titres, je veux être une légende. Je veux continuer d'être au top dans mon sport, sans m'arrêter à des rivalités qu'on voudrait m'imposer particulièrement. Vous vous êtes blessé au pied et au dos l'an dernier. Qu'avez-vous appris de ces blessures ? Mon entraîneur m'a dit que j'avais eu une année facile l'an dernier, et qu'il ne fallait plus que ce soit le cas, car je deviens un peu plus fainéant à l'entraînement. C'est vrai que je me suis blessé, j'ai travaillé sur mon dos, j'ai refait de la musculation et des étirements sur les ischio-jambiers, afin d'avoir plus de relâchement et d'éviter les blessures. L'important, c'est de faire tout ça sans stresser, calmement. Est-ce que le travail de musculation, de renforcement a fait que vos performances sont moins bonnes cette année ? Le coach me disait d'arrêter un peu la musculation. Je crois qu'on a trouvé un équilibre, j'ai travaillé pour mon dos. Si vous regardez bien, je me suis un peu redessiné, mais sans plus.