Bolt-Gay, duel explosif

  • A
  • A
Bolt-Gay, duel explosif
@ Reuters
Partagez sur :

ATHLE - Usain Bolt et Tyson Gay s'affrontent vendredi, sur le 100 m à Stockholm.

ATHLE - Usain Bolt et Tyson Gay s'affrontent vendredi, sur le 100 m à Stockholm. Usain Bolt, Tyson Gay et Asafa Powell étaient annoncés dans les starting-blocks du 100 m à l'occasion du meeting Diamond League de Stockholm, une première depuis la finale des Mondiaux de Berlin il y a un an. Mais Powell, qui souffre du dos et des adducteurs, a été contraint de renoncer. L'absence du Jamaïcain n'enlève rien à l'attrait de ce 100 mètres en Suède. Pour la bonne raison qu'un duel Bolt-Gay, ce n'est pas tous les jours que l'on peut y assister. Avant Berlin l'an dernier, les routes des deux hommes les plus rapides du monde ne s'étaient croisées qu'à une seule reprise sur la ligne droite. C'était lors du meeting de New York en mai 2008 et le triple champion olympique avait frappé un grand coup en battant pour la première fois le record du monde (9"72). Depuis, les deux hommes prennent soin de s'éviter, ne réservant leur duel que pour les grandes occasions. Stockholm en est une en cette année 2010 privée de Mondiaux et de JO. Bolt : "Je suis encore un peu faible" Que faut-il attendre de ce 100 mètres ? Avec leurs performances depuis le début de la saison, ce serait déjà bien si l'un d'eux descendait sous les 9"80. Bolt détient la meilleure performance mondiale de l'année avec un chrono en 9"82 réussi à Lausanne début juillet. En guise de réponse, Gay a remporté sa course à Gateshead en 9"94, battant au passage Asafa Powell. Bref, pas de quoi affoler les compteurs. "Je suis encore un peu faible et j'ai besoin de travailler ma force", avait expliqué Bolt, dans les colonnes de Libération, après son succès à Paris. Gay, deuxième meilleur performeur de tous les temps (9"69), insiste lui aussi sur l'entraînement. "Je dois me concentrer sur mon timing, être plus précis et mieux ressentir la course. C'est sur la partie technique que je vais accentuer ma préparation", détaille-t-il sur le site de l'IAAF. Signe que la compétition n'est pour le moment pas la priorité absolue. Seulement l'ego des sprinteurs ne s'égratigne pas, surtout pour ces deux-là.